Liste actualité
InterventionTribune

L'Europe à la croisée des chemins : Comment parvenir à une gouvernance économique efficace dans la zone euro ?

Résumé

Il apparaît de plus en plus nécessaire de repenser la gouvernance économique de la zone euro. Des idées convaincantes ont été avancées à cet effet, mais leur mise en oeuvre est délicate, notamment dans le climat actuel d'euroscepticisme.

Il est urgent de passer de la théorie à la pratique si l'on veut que la politique monétaire cesse d'être « la seule partie à jouer » (the only game in town). En clair, la politique monétaire unique ne peut se substituer ni à la coordination des politiques économiques nationales ni au manque de réformes. Certes, le débat sur la gouvernance de l'UEM est controversé d'un point de vue politique ; mais pour les citoyens européens, la coordination insuffisante des politiques nationales a un coût élevé en termes de croissance, équivalent à plusieurs points de PIB. Nous devons, par conséquent, plaider le dossier économique : l’enjeu ici, ce n’est pas « plus de Bruxelles », c’est plus de croissance et d'emplois en Europe. En outre, il ne s'agit pas de choisir entre réformes nationales et coordination européenne ; nous avons besoin des deux.

Entre l’intégration complète – du type de celle de la politique monétaire – et la simple surveillance des politiques nationales, comme c'est le cas actuellement, le chaînon manquant est la « pleine coordination » des politiques budgétaires et structurelles. C'est ce que montre clairement une matrice croisant ces trois niveaux d'intégration et les quatre composantes de la politique économique (monétaire, financière, budgétaire et structurelle).

Cette pleine coordination des politiques budgétaires et structurelles nationales ne sera possible qu’avec la mise en place d'une institution décisionnelle légitime, ayant à sa tête un ministre des Finances de la zone euro, dont le rôle est ici concrètement défini. Cela permettra de faire de la zone euro plus que la somme de ses composantes.

Dans le cadre d'un mandat visant une croissance plus forte, durable et équilibrée, le rôle de cette institution serait de préparer et proposer une stratégie collective pour la zone euro, ainsi que de superviser sa mise en oeuvre par les États membres. En outre, le ministre des Finances serait chargé de la résolution efficace des crises. Dans la suite du processus d'intégration, le ministre pourrait se voir confier la gestion d’un fonds de convergence, qui évoluerait en trois étapes vers un budget pour la zone euro.

En tout état de cause, le ministre devra pouvoir s'appuyer sur une procédure de nomination renforçant la légitimité de sa fonction, sur une véritable administration du Trésor et sur un contrôle démocratique fort sur les affaires de la zone euro.

Pour faire écho à Robert Mundell, c’est la politique économique prise dans son ensemble qui est non seulement la meilleure partie à jouer, mais surtout la seule possible. Nous ne pouvons pas nous permettre de manquer une autre occasion : pour l'UEM, pour ses citoyens, 2016- 2017 est le moment décisif pour agir.

Télécharger la version PDF du document

TribuneFrançois VILLEROY DE GALHAU, Gouverneur de la Banque de France
L'Europe à la croisée des chemins : Comment parvenir à une gouvernance économique efficace dans la zone euro ?
  • Publié le 22/03/2016
  • FR
  • PDF (227.93 Ko)
Télécharger (FR)