Les grands forums de discussion internationaux : le G7 et le G20

Le G7 et le G20 sont deux forums de discussion informelle entre dirigeants internationaux, sans statuts juridiques ni secrétariat permanent.

La Banque de France participe aux réunions de la filière « Finance », socle historique du G7 et du G20. Ces réunions associent les ministres des Finances et les gouverneurs de banques centrales. Elles traitent de sujets principalement économiques et financiers.

Le G7

Un forum dédié à la concertation et à la coordination

Créé au début des années 1970 à l’initiative des Etats-Unis, le G7 (Groupe des sept) est un groupe de discussion informel réunissant les ministres, banquiers centraux et chefs d’État des grandes économies industrialisées. Il constitue un lieu privilégié de concertation et de coordination entre ses membres. Il réunit initialement les États-Unis, l’Allemagne, la France, le Royaume-Uni et le Japon, puis l’Italie et le Canada. La Russie est associée en 1997, mais temporairement exclue depuis mars 2014 suite à l’annexion de la Crimée.

Avec les accords du Plaza en 1985 et ceux du Louvre en 1987, le G7 devient un cadre de concertation préalable à des interventions coordonnées des banques centrales sur les marchés des changes. Au fil du temps, de nouvelles problématiques sont apparues comme la lutte contre le financement du terrorisme, le développement ou le climat.

Depuis la création du G20, en 1999, le G7 a adapté son mode de fonctionnement sans perdre sa vocation première de concertation et de coordination en comité restreint.

La Banque de France et le G7

La filière finance, traitant des sujets économiques et financiers, est une des filières clés du G7. La Banque de France participe aux réunions de la filière Finance, instituées en 1986 et consacrées à des sujets économiques variés.

L’objectif de ces réunions est de permettre un échange de vues et des discussions politiques entre ministres des Finances et gouverneurs de banque centrale sur l’état de l’économie mondiale et du système financier international, ainsi que sur divers thèmes d’actualité choisis par la présidence et pour lesquels une concertation en format restreint peut être utile.

Les réunions des ministres des Finances et des gouverneurs de banque centrale sont préparées par des réunions de leurs suppléants, des groupes de travail ou d’experts. Elles alimentent le sommet annuel des chefs d’État et de Gouvernement, qui constitue le point d’orgue de l’année de travail.

Communiqués du G7

Le G20

Un forum élargi pour répondre aux crises économiques globales

Le G20 (Groupe des vingt)  a été créé en septembre 1999 en marge d’une réunion des ministres des Finances et des gouverneurs de banques centrales du G7, pour répondre à la crise asiatique de 1997-1998. Cette crise avait mis en évidence la nécessité d’intégrer les grands pays émergents dans les discussions multilatérales sur l’économie et la stabilité financière.

Jusqu’aux crises financières de 2008, seules les réunions de la filière Finance associant ministres des Finances et gouverneurs de banques centrales ont eu lieu, au rythme de une par an.

En 2008, le G20 a été désigné comme le lieu approprié pour gérer la crise économique et financière mondiale, face à un G7/G8 perçu comme moins légitime du fait de l’absence des grands pays émergents, et à un FMI dont les structures de gouvernance se révélaient peu adaptées à gestion dans l’urgence de ce type de crise globale. Le 15 novembre 2008, un sommet exceptionnel a pour la première fois réuni, à Washington, les chefs d’État ou de Gouvernement des pays membres du G20.

Le forum prioritaire de la coopération économique internationale

Les sommets du G20 réunissant les chefs d’État se sont institutionnalisés depuis 2008, avec un élargissement du rôle du G20 : celui-ci traite de sujets dépassant les frontières des questions économiques et financières.

Creuset de la réponse collective apportée à la dernière crise financière, il entend désormais poursuivre et approfondir son rôle de coopération et de coordination internationale : à l'image de son agenda fiscal (érosion des bases d’imposition et transfert de bénéfices, échange automatisé d’informations, erc.) qui vise à rendre le système fiscal plus favorable à la croissance.

Créé pour favoriser le dialogue entre pays avancés et émergents, le G20 ne vise pas à refléter exactement la hiérarchie économique mondiale, mais plutôt à réunir les pays dont la contribution à l’économie mondiale et à la stabilité financière peut être qualifiée de systémique. Les membres du G20 sont l’Afrique du Sud, l’Allemagne, l’Arabie saoudite, l’Argentine, l’Australie, le Brésil, le Canada, la Chine, la Corée du Sud, les États-Unis, la France, l’Inde, l’Indonésie, l’Italie, le Japon, le Mexique, le Royaume-Uni, la Russie, la Turquie, l’Union européenne et, depuis 2023, l’Union Africaine.

La Banque de France et le G20

Le gouverneur de la Banque de France et le ministre des Finances représentent la France aux réunions de la filière Finance, qui reste la principale filière du forum, avec la filière sherpa. Ces réunions sont précédées de plusieurs rencontres préparatoires au niveau technique. 

Les questions économiques sont examinées en son sein, avec pour objectif de promouvoir la stabilité financière internationale et de rechercher des solutions aux questions qui dépassent le cadre national.

Communiqués du G20

Les instances financières internationales

La Banque de France joue un rôle important au sein de la communauté des banques centrales à travers sa participation à différentes institutions :

Le rôle de la Banque de France au sein de la BRI

Membre fondateur de la BRI, la Banque de France participe à l’ensemble de ses réunions bimestrielles, qui regroupent les gouverneurs de 63 banques centrales de pays représentant environ 95 % du PIB mondial. Le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, préside par ailleurs le Conseil d’administration de la BRI depuis janvier 2022.

Tous les deux mois, les gouverneurs des banques centrales membres de la BRI se réunissent pour examiner la situation économique et financière mondiale et échanger sur des thèmes d’actualité, lors de deux réunions principales : la « réunion sur l’économie mondiale » (Global Economy Meeting – GEM) et la réunion dite « de tous les gouverneurs » (All Governors’ Meeting).

La BRI favorise également la coordination des banques centrales au travers du « processus de Bâle » qui soutient directement l’action des groupements internationaux – six comités et trois associations – chargés d’élaborer des normes et d’œuvrer à la stabilité financière.

La Banque de France est ainsi représentée dans l’ensemble des comités que la BRI abrite, notamment le Comité de Bâle sur le contrôle bancaire (Basel Committee on Banking Supervision – BCBS), le Comité sur le système financier mondial (Committee on the Global Financial System – CGFS), et le Comité sur les paiements et les infrastructures de marché (Committee on Payments and Market Infrastructures – CPMI).

Le rôle de la Banque de France au sein du FMI

La Banque de France participe aux deux principaux organes de décision du FMI.

Le Conseil des gouverneurs

Composé d'un gouverneur (le plus souvent un ministre des Finances ou un gouverneur de banque centrale) et d'un gouverneur suppléant pour chaque pays membre, ce conseil approuve les principales décisions du fonds comme les augmentations de quotes-parts, les allocations de droits de tirages spéciaux (DTS), l'admission de nouveaux membres, etc.

Actuellement suppléant au Conseil des gouverneurs, le gouverneur de la Banque de France assure également cette fonction au sein du Comité monétaire et financier international (CMFI) chargé d’examiner les propositions d’amendement des statuts soumises par le Conseil d’administration et toute autre question d’intérêt commun dans le cadre des réunions qui ont lieu deux fois par an, au printemps et lors de l’assemblée annuelle du FMI en automne.

Le Conseil d’administration

La Banque de France participe aussi aux travaux de l’institution en exprimant ses vues, par l’intermédiaire du bureau de l’administrateur représentant la France, sur toutes les questions traitées lors des réunions du Conseil d’administration du FMI, grâce à la présence auprès de l’administrateur d’un conseiller désigné par la Banque de France.

L’ensemble des relations entre la France et le FMI sont portées par la Banque de France au titre d’une convention avec l’État français, qui précise notamment le rôle opérationnel de la Banque de France dans les opérations financières du FMI.

En savoir plus

Partenariats Afrique-France

En savoir plus

Écosystème européen

En savoir plus

Gouvernance et comités consultatifs

En savoir plus

Partenariats Afrique-France

Outils statistique

Écosystème européen

Outils statistique

Gouvernance et comités consultatifs

Outils statistique

Mise à jour le 27 Mai 2024