Vous êtes ici

Point de conjoncture

Point sur la conjoncture française à début novembre 2021

 

L’économie française a retrouvé son niveau pré-crise durant le 3e trimestre, soit nettement plus tôt que prévu. En octobre, selon l’enquête de conjoncture de la Banque de France menée entre le 27 octobre et le 4 novembre auprès de 8 500 entreprises ou établissements, l’activité a été globalement stable dans l’industrie et le bâtiment et a continué de progresser dans les services marchands. Pour le mois de novembre, les chefs d’entreprise anticipent une progression de l’activité aussi bien dans l’industrie que dans les services et le bâtiment.

Ainsi, nous estimons que le PIB dépasserait désormais le niveau pré-crise d’environ un demi-point de pourcentage en octobre et de trois quarts de point en novembre. La hausse du PIB serait d’environ + 0,75 % au 4e trimestre 2021 par rapport au trimestre précédent. Cette croissance serait tirée par le secteur des services marchands, dont la valeur ajoutée dépasse depuis septembre son niveau pré-covid. Celle de l’industrie manufacturière reste par contre en deçà, essentiellement du fait du secteur automobile pénalisé par les difficultés d’approvisionnement, et à un moindre degré de l’industrie aéronautique. Au sein des services, la restauration poursuit son net redressement ; l’hébergement, la réparation automobile, les activités de loisirs et les services aux entreprises progressent également.

Après une augmentation continue au cours des mois précédents, les difficultés de recrutement s’atténuent quelque peu en octobre, en particulier dans les services, mais concernent encore près de la moitié des entreprises (49 %, après 54 % en septembre). Les difficultés d’approvisionnement sont un peu moins fortes que le mois précédent dans le bâtiment (58 % des entreprises, après 62 % en septembre) mais elles se maintiennent dans l’industrie (56 % des entreprises, comme en septembre). Leur impact sur l’activité se fait cependant surtout sentir dans le secteur automobile, l’activité dans les autres secteurs industriels et le bâtiment restant bien orientée.

Ces difficultés d’approvisionnement participent, avec la hausse des prix des matières premières, à un redressement des prix de vente dans l’industrie et le bâtiment, alors que les entreprises de services ne signalent pas d’inflexions sensibles à la hausse de leurs prix. Les difficultés de recrutement ne semblent pas quant à elles avoir un impact sur la fixation des prix (cf. encadré).

 

1. En octobre, l’activité est quasi stable dans l’industrie et le bâtiment mais elle progresse dans les services

Dans l’ensemble de l’industrie, le taux d’utilisation des capacités de production s’établit à 76 % en octobre, après 77 % en septembre, mais reste proche de son niveau d’avant-crise (78 % en février 2020). Ce taux recule encore légèrement dans l’industrie automobile, après la forte baisse enregistrée le mois précédent (54 % en octobre, après 56 % en septembre et 70 % en août). Il évolue peu dans les autres secteurs de l’industrie.

L’évolution des soldes d’opinion relatifs à la production confirme cette nouvelle dégradation dans l’industrie automobile, mais indique une stabilité de l’activité dans l’ensemble de l’industrie.

L’activité a désormais retrouvé son niveau d’avant-crise dans plusieurs secteurs de l’industrie (bois, papier et imprimerie, industries agro-alimentaire, chimique et pharmaceutique, notamment) mais reste dégradée dans les secteurs des transports (respectivement 71 % et 83 % du niveau d’avant crise dans le secteur de l’automobile et dans celui de l’aéronautique et des autres transports).

 

Dans les services marchands, l’activité continue de progresser en octobre, la hausse concernant une nouvelle fois la plupart des secteurs. L’amélioration est notable dans la restauration, mais également dans l’hébergement, les services aux entreprises, la réparation automobile et les activités de loisirs, arts et spectacles. En revanche, l’activité des autres services à la personne (coiffeurs, services à domicile, etc.) se replie après sa nette amélioration du mois précédent.

Dans le secteur du bâtiment, l’activité évolue peu en octobre, que ce soit dans le gros œuvre ou le second œuvre.

Les soldes d’opinion relatifs à la situation de trésorerie se maintiennent à un haut niveau dans l’industrie et les services. Dans le secteur de la restauration, le redressement est très sensible et le solde d’opinion revient à la normale.

2. En novembre, l’activité s’améliorerait aussi bien dans l’industrie que dans les services et le bâtiment

Dans l’industrie, les perspectives d’activité sont orientées à la hausse dans l’ensemble des secteurs. La chimie, la pharmacie et l’industrie des équipements électriques connaîtraient les progressions les plus fortes. L’activité de l’industrie automobile se redresserait après deux mois de forte baisse.

Dans les services, l’activité s’améliorerait également en novembre dans tous les secteurs. La restauration serait de nouveau en forte progression. La hausse serait également très sensible dans le secteur du travail temporaire.

Dans le secteur du bâtiment, l’activité progresserait légèrement dans le gros œuvre et de manière plus marquée dans le second œuvre.

L’opinion sur les carnets de commandes fléchit quelque peu dans l’industrie mais progresse légèrement dans le bâtiment. Dans les deux cas, elle se situe largement au-dessus de sa moyenne de long terme.

3. Les estimations issues des informations sectorielles de l’enquête suggèrent un niveau de PIB au-dessus du niveau pré-crise et qui continuerait à progresser d’environ ¼ de point de pourcentage en octobre puis à nouveau en novembre, avec une variation trimestrielle du PIB au T4 estimée autour de 0,75 %.

Dans notre précédent point de conjoncture paru le 11 octobre 2021, nous avions estimé la croissance trimestrielle du PIB au 3e trimestre 2021 à environ + 2,3 %. Elle s’est située à + 3 % selon la première estimation des comptes trimestriels publiée par l’Insee le 29 octobre 2021. Cela nous amène à réviser légèrement la chronique des niveaux mensuels de PIB sur le 3e trimestre avec en particulier un écart désormais légèrement positif de près de ¼ de point par rapport au niveau pré-crise dès le mois de septembre.

Pour le mois d’octobre, l’intégration des comptes trimestriels ainsi que l’utilisation des informations de l’enquête à un niveau de désagrégation fin et des autres données dont nous disposons nous amènent à estimer que le PIB se situerait un demi-point au-dessus de son niveau pré-crise. L’activité dans l’industrie et la construction recule certes un peu ce mois-ci et demeure encore sensiblement en dessous de ses niveaux pré-covid ; mais l’activité dans les services continue à progresser et se situe désormais environ 1 point au-dessus de son niveau pré-crise.

Cette évaluation utilise aussi les données haute fréquence que nous suivons à titre de complément pour les secteurs non couverts par l’enquête, ainsi que pour confirmer notre évaluation sur l’industrie ou le commerce. En particulier, les dépenses par carte bancaire donnent des indications utiles pour le secteur du commerce de détail, qui connaitrait une hausse marquée en octobre. Les données plus générales de Google mobility et de trafic routier nous renseignent, elles, sur le secteur des transports, dont l’activité serait en légère hausse en octobre.

Les anticipations des entreprises pour novembre indiquent une poursuite de l’amélioration de l’activité. Les informations de l’enquête, combinées à des hypothèses sur les secteurs partiellement ou non couverts par l’enquête, nous amènent à estimer que le PIB en novembre se situerait environ trois quarts de point au-dessus de son niveau pré-crise, avec une progression attendue dans la plupart des branches.

La croissance du PIB pour le 4e trimestre 2021 à fin novembre peut à ce stade être prévue autour de + 0,75 % par rapport au trimestre précédent.

Mis à jour le : 08/11/2021 21:00