Rapport

Rapport annuel de la Banque de France 2021 - Chiffres clés

1 Avril 2022
Façade du siège de la Banque de France

Après une année 2020 qui avait vu le produit intérieur brut de la France baisser de 8 %, 2021 a été l’année de la sortie de crise. La situation est cependant restée tendue au plan sanitaire et a été rendue difficile au plan économique par des contraintes d’approvisionnement et la hausse du prix des matières premières. Dans ce contexte, quelle a été l’action de la Banque de France ?

La politique monétaire accompagne la sortie de crise de l’économie

Après une année 2020 marquée par une récession majeure, la reprise de l’activité en 2021 a été forte, avec une croissance du PIB de + 7 % en France (et de + 5,2 % en zone euro). Cette reprise a d’abord été portée par l’industrie, puis par les services marchands. Elle s’est toutefois accompagnée de tensions sur certains prix : l’inflation est en effet passée de 0,8 % en janvier à 3,4 % en décembre 2021, du fait de l’augmentation des prix de l’énergie – qui avaient chuté en 2020 – et des difficultés d’approvisionnement.

Le soutien de la politique monétaire à l’économie s’est poursuivi en 2021. Les conditions de financement sont restées favorables pour les prêts aux entreprises, qui ont connu une croissance de + 3,6 %, avec un taux d’intérêt moyen de 1,27 % fin décembre. La situation financière des entreprises apparaît solide, tandis que les ménages ont augmenté leur épargne financière d’environ 170 milliards d’euros entre 2020 et 2021.

L’année 2021 a été marquée par la revue de la stratégie monétaire de l’Eurosystème. L’objectif de stabilité des prix est désormais défini comme une cible d’inflation symétrique de 2 % à moyen terme. Le calcul de l’inflation sera plus représentatif en incluant davantage le coût du logement. Les risques générés par le réchauffement climatique seront pris en compte par la politique monétaire.

Vingt ans après l’introduction des pièces et billets en euros, le 1er janvier 2022, la Banque de France est toujours le premier imprimeur de billets en euros au sein de l’Eurosystème. En décembre 2021, la Banque centrale européenne a lancé des travaux en vue de faire évoluer le graphisme des billets, sur lequel le public sera amené à se prononcer avant la décision du Conseil des gouverneurs, prévue en 2024.

Maîtriser les risques d’aujourd’hui et anticiper les défis de demain

La Banque de France veille, conjointement avec le Haut Conseil de stabilité financière (HCSF), au bon fonctionnement du système financier. L’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), autorité administrative adossée à la Banque de France, y participe également à travers ses missions de surveillance des banques et des assurances et de protection de leur clientèle. En 2021, les banques françaises affichent des niveaux de performance, de solvabilité et de liquidité en amélioration, comme le traduisent leurs bons résultats au test de résistance de l’Autorité bancaire européenne. Les assureurs français disposent quant à eux d’une solvabilité solide, mais qui pourrait être affectée par la persistance de l’environnement de taux bas.

L’année 2021 a été marquée par une stabilisation des vulnérabilités à court terme et par la confirmation de risques structurels à moyen et long terme. Fin 2021, certains indicateurs de valorisation boursière attestent d’une probable surévaluation qui expose les marchés d’actifs à une correction brutale. L’endettement brut des sociétés non financières s’est stabilisé en 2021, et les dispositifs publics de soutien ont permis d’éviter une augmentation des faillites d’entreprise. Si les ménages connaissent un haut niveau d’endettement, leur situation financière semble globalement bien orientée, et le nombre de ménages en situation fragile a diminué.

La Banque de France contribue aux réponses qu’appellent les changements structurels du système financier. Elle prépare l’émission éventuelle d’une future monnaie numérique de banque centrale (MNBC), afin d’accompagner la numérisation des paiements et l’innovation. La Banque de France est également en pointe face au défi de la transition climatique et structure de nombreuses propositions. Créé à son initiative avec sept autres banques centrales en 2017, le Réseau des banques centrales et des superviseurs pour le verdissement du système financier (NGFS) compte aujourd’hui une centaine de membres.

La Banque de France mobilisée aux côtés des ménages et des entreprises dans la sortie de crise

La Banque de France a joué un rôle déterminant dans le dispositif français de sortie de crise. Son réseau de succursales a amplifié l’information en direction des entreprises sur les dispositifs de soutien qui leur sont proposés. Chaque succursale mobilise les informations dont elle dispose pour identifier et accompagner les entreprises fragiles. La Médiation du crédit a permis de conforter 1 694 entreprises et de préserver plus de 21 000 emplois. Concernant plus de 300 000 entreprises, la cotation Banque de France a évolué pour s’adapter à la situation économique et financière.

Notre réseau de succursales contribue à rendre les services financiers de base accessibles à tous. Il veille à assurer le droit au compte bancaire. En 2021, il a répondu à plus de 1,3 million de demandes d’information du public sur les dispositifs d’inclusion et les pratiques bancaires. Dans chaque département, les équipes de la Banque de France accompagnent les ménages en situation de surendettement. Si le nombre de dossiers déposés a un peu rebondi en 2021, il demeure inférieur de 45 % à son niveau de 2015.

Opérateur de la stratégie nationale d’éducation économique, budgétaire et financière, la Banque de France mène des actions de sensibilisation afin de permettre aux Français de disposer des bases nécessaires pour prendre des décisions financières en connaissance de cause. Elle gère les portails en ligne "Mes questions d’argent" et "Mes questions d’entrepreneur", et intervient à côté des enseignants et des formateurs auprès des jeunes, des personnes en difficulté financière et des entrepreneurs.

La Banque de France est prestataire de services financiers pour le compte de l’État et pour l’Europe. Elle gère le compte du Trésor public. En 2021, elle a été sélectionnée par la Commission européenne pour opérer l’émission de titres à court terme qui finance le plan de relance NextGenerationEU.

Télécharger l'intégralité de la publication

Liens complémentaires