Rapport

Rapport annuel de la Banque de France 2020 - Chiffres clés

22 Juillet 2021
Banque de France - Philippe Jolivel

La crise sanitaire provoque un choc d’offre et un choc de demande, tous deux massifs. La production manufacturière et la fourniture de services baissent, la consommation se contracte, surtout dans les services. Les entreprises craignent de voir leur trésorerie diminuer, leur confiance chute brutalement.

La Banque de France agit immédiatement à la source des financements qui alimentent l’économie, afin d’éviter les faillites et des licenciements.

  • Elle participe, avec la BCE et toutes les banques centrales nationales, à la mise en place d’un pont de financement.
  • Avec le HCSF et la BCE, elle assouplit certaines exigences réglementaires pesant sur les banques pour augmenter leur capacité à prêter aux entreprises.

400 milliards d’euros ont été injectés par la Banque de France pour inciter les banques à accorder des crédits aux entreprises et aux particuliers (dont les prêts garantis par l’État).

Les conditions de financement sont rendues favorables.

  • 120 milliards d’euros de titres publics ont été rachetés par la Banque de France dans le cadre du programme d’achats d’urgence face à la pandémie.
  • Le principal taux directeur de l’Eurosystème est à 0 %.
  • L’État emprunte à taux négatif pour financer son programme d’aide.

La Banque de France analyse et suit étroitement les effets économiques de la crise pour délivrer une information économique fiable, réactive, accessible à tous :

  • qui permet de calibrer la politique monétaire au plan européen ;
  • et de la mettre en œuvre au plan national ;
  • d’évaluer les effets des mesures de soutien.

Avec l'ACPR, elle veille en permanence à la solidité du système financier :

  • elle suit les plans de continuité des institutions financières et des infrastructures de marché ;
  • elle analyse les risques financiers pour les banques et les assurances ;
  • elle prépare la sortie de crise du secteur financier afin de garantir sa robustesse et sa résilience : décalage des calendriers des évolutions réglementaires ;
  • intégration des enjeux climatiques.

Elle assure la continuité de toutes ses missions et développe ses services à l'économie et à la société pour ceux qui en ont le plus besoin :

  • elle étend son accompagnement des TPE-PME à toutes les entreprises ;
  • elle intensifie son rôle de Médiateur du crédit en accélérant la procédure et en multipliant par quinze ses interventions ;
  • elle participe à un comité de crise mis en place face à la dégradation des délais de paiement ;
  • elle assure la continuité de l’activité fiduciaire et le bon fonctionnement des paiements ;
  • elle adapte ses services et son aide aux particuliers : continuité de l’accueil et mise en place du dépôt en ligne des dossiers de surendettement ;
  • elle participe à de grandes actions de solidarité.

Télécharger l'intégralité de la publication

Liens complémentaires