Rapport

Rapport annuel de la Banque de France 2023 - Chiffres clés

Mise en ligne le 17 Mai 2024
Banque de France (c) Jolivel

En 2023, l’inflation a durement pesé sur l’économie, les ménages et les entreprises, soit directement par les difficultés qu’elle a entraînées pour la consommation et la production, soit indirectement par l’augmentation des taux d’intérêt qui a été nécessaire pour la réduire. L’inflation est maintenant orientée à la baisse. Elle est passée de 7 % en janvier 2023 à 3,4 % en janvier 2024. Face à cette situation économique, et dans le contexte d’inquiétude écologique et de préoccupations sociales, quelle a été l'action de la Banque de France ?

Quelle a été la mission de la Banque de France ?

Notre détermination à faire reculer l'inflation porte ces fruits

Une politique monétaire volontariste a permis de faire refluer l’inflation. Ainsi, six augmentations des taux directeurs entre janvier et septembre 2023, pour un total de 200 points de base, ont contribué à faire reculer l’inflation.

En France, l’inflation des prix à la consommation a presque diminué de moitié entre février (pic à + 7,3 %) et décembre 2023 (+ 4,1 %), avant de baisser à nouveau à + 3,4 % en janvier 2024.

De même, en zone euro, l’inflation des prix à la consommation a presque diminué des deux tiers entre janvier (+ 8,5 %) et décembre 2023 (+ 2,9 %), et se situe à + 2,8 % en janvier 2024.

En France, l’activité s’est montrée résiliente, quoique ralentie en 2023, avec une croissance de + 0,9 %. L’investissement des ménages s’est contracté de 5,1 % en 2023 sous l’effet du resserrement des conditions financières. La hausse du coût de financement et le durcissement des conditions d’octroi du crédit ont pesé sur l’investissement des entreprises.

En France, le resserrement monétaire a joué à la fois sur l’inflation et sur les anticipations des agents économiques. Les anticipations des ménages sur l’inflation à 3 ans sont de + 2,1 % (décembre 2023). Les anticipations des chefs d’entreprise sur l’inflation à 3-5 ans sont de + 2,5 % (4e trimestre 2023).

La transmission du resserrement de la politique monétaire aux conditions de financement de l’économie a été efficace et rapide. Cela a permis de rééquilibrer la demande des entreprises et des ménages par rapport à l’offre et donc de freiner progressivement la croissance des prix.

L’adaptation des moyens de paiement à l’ère du numérique s’accélère. Outre le regroupement des activités relatives aux moyens de paiement au sein de la direction générale des Moyens de paiement (DGMP), l’année 2023 a été marquée par le début des travaux de construction de la nouvelle usine de fabrication de billets à Vic-le-Comte et le lancement de la phase de préparation de l’euro numérique.

Un système financier français résilient et qui s'adapte

Grâce à une réglementation renforcée depuis 2008 et à une supervision exigeante (mécanisme de surveillance unique – MSU – et autorités nationales de supervision), le secteur bancaire et financier de la zone euro s’est avéré résilient en 2023. Des leçons sont néanmoins à tirer des défaillances de banques aux États-Unis et en Suisse.

Le secteur financier français s’est adapté. Les six principaux groupes bancaires français ont continué d’afficher des ratios élevés de solvabilité et de liquidité. Les assureurs ont conservé une structure de bilan solide, mais ont dû s’adapter au nouvel environnement de hausse des taux d’intérêt. Les vulnérabilités des marchés financiers sont restées importantes. Les agents non financiers ont fait preuve de résilience (désendettement des ménages, risque de crédit maîtrisé pour les entreprises) malgré un environnement macroéconomique et financier porteur de risques Des mesures macroprudentielles ont contribué à maintenir un niveau d’endettement soutenable des agents économiques.

En 2023, la Banque de France et l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) ont accompagné les banques et les assurances dans leur transition numérique. En cela, elles ont préparé la mise en application en 2024 du règlement européen qui encadre les cryptoactifs, publié un rapport sur la faisabilité opérationnelle et l’intérêt pratique d’une monnaie numérique de banque centrale (MNBC) destinée aux institutions financières, et lancé la phase de préparation de l’euro numérique. La Banque de France et l’ACPR ont également accompagné ces acteurs dans leur transition climatique. Elles ont notamment évalué la conformité des activités des banques classées moins importantes à la gestion du risque climatique, supervisé les rapports des assureurs sur leur prise en compte des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) et lancé un nouvel exercice de stress test climatique, consacré exclusivement aux assureurs.

L’ACPR veille au respect des bonnes pratiques commerciales et à la protection de la clientèle des institutions financières. Avec l’Autorité des marchés financiers (AMF), l’ACPR a amélioré l’ergonomie du site internet « Assurance Banque Épargne Info Service » (ABEIS) et a inscrit 1 262 sites ou acteurs non autorisés sur des listes noires en 2023.

La Banque de France au service des entreprises et des particuliers

La Banque élargit ses services aux entreprises grâce à sa démarche participative auprès d’un panel de chefs d’entreprise qui permettra la mise à disposition d’un « espace personnel dirigeant » au premier semestre 2024. De plus, un indicateur climat pour accompagner les entreprises dans la gestion du risque climatique sera déployé en 2024 auprès d’entreprises de plusieurs secteurs à forts enjeux de transition (électricité, transports). En 2023, 11 192 porteurs de projets et dirigeants d’entreprise ont été aidés par les 102 correspondants TPE-PME départementaux et plus de 1 400 start-up ont été accompagnées dans leur recherche de financement. Les demandes de médiation en matière de crédit ont retrouvé en 2023 un niveau comparable à celui d’avant la crise sanitaire.

La Banque a poursuivi une action globale en faveur de l’inclusion financière des particuliers, à travers quatre canaux complémentaires (guichet, internet, courrier, numéro de téléphone unique 3414). En 2023, 31 008 désignations au titre du droit au compte ont été enregistrées et le nombre de dossiers de surendettement déposés a augmenté de 7,5 % (121 617, contre 113 081 en 2022).

Opérateur de la stratégie nationale d’éducation économique, budgétaire et financière (EDUCFI), la Banque a sensibilisé plus de 130 000 personnes sur ces sujets. En 2023, 221 800 élèves ont obtenu le passeport EDUCFI. Grâce à la généralisation de ce passeport à toutes les classes de 4e, 750 000 élèves l’obtiendront chaque année. La Banque a également animé avec ses partenaires des ateliers sur le budget auprès de 37 000 jeunes du Service national universel. Enfin, elle a mené trois études pour évaluer la culture financière des Français. Les sites « ABC de l’économie », « Mes questions d’argent » et « Mes questions d’entrepreneur » ont été enrichis par des podcasts, des contenus pédagogiques gratuits sur les réseaux sociaux et des jeux numériques. Plus de 92 000 visiteurs ont en outre été accueillis à Citéco.

Prestataire de services financiers pour le compte de l’État, la Banque de France gère les comptes du Trésor public et les paiements associés. Depuis 2021, elle assure pour le compte de la Commission européenne l’émission de titres à court terme, qui financent le plan de relance européen NextGenerationEU.

Télécharger l'intégralité de la publication

Liens complémentaires

Mise à jour le 17 Mai 2024