Bulletin de la Banque de France

La mondialisation et ses répercussions sur l’inflation

29 Juin 2022

Bulletin n°240, article 4. L’inflation accélère fortement en France et en zone euro (respectivement + 5,8 % sur un an et + 8,1 % en mai 2022), et encore plus aux États-Unis et au Royaume-Uni, en raison de variables mondiales (énergie et matières premières), ainsi que des perturbations des chaînes de valeur. Cet article revient sur les causes de l’inflation en réexaminant la relation entre inflation et mondialisation. Cette dernière a eu un effet baissier, mais quantitativement limité, en moyenne sur l’inflation dans la zone euro jusqu’en 2019. Néanmoins, l’influence des chocs externes sur les parties volatiles de l’indice des prix à la consommation s’est accrue dans la dernière décennie. Les fortes pressions inflationnistes actuelles apparaissent comme une continuation du processus d’ouverture entamé à partir des années 1990. À plus long terme se pose la question de savoir si le processus de mondialisation va se poursuivre, et quels en seraient les effets sur l’inflation.

Image Part de produits importés dans la consommation de biens des ménages de la zone euro 2000-2016

L’inflation a augmenté à partir de 2021 dans la plupart des pays, après presque deux décennies de modération. Un consensus existe sur le fait que les principaux moteurs de l’inflation actuelle sont liés à des variables mondiales, en particulier à des perturbations des chaînes de valeur mondiales, à des pénuries d’intrants dans les principaux secteurs manufacturiers et à la hausse des prix de l’énergie et des denrées alimentaires. Au-delà du débat, quant au caractère temporaire de ces chocs qui se normaliseront une fois que les effets de la pandémie s’estomperont et que les tensions géopolitiques s’apaiseront, se pose la question des effets à moyen terme de la mondialisation sur la dynamique des prix (Blanchard, 2020).

L’article vise à éclairer les débats actuels en réexaminant la relation entre la mondialisation et l’inflation. Dans une économie ouverte, les conditions économiques et financières nationales sont affectées par des chocs extérieurs. À plus long terme se pose la question de savoir si le processus de mondialisation va se poursuivre, et quels en seront les effets sur l’inflation. Afin d’éclairer ce débat, les questions suivantes sont posées ici : par quels canaux la mondialisation affecte‑t‑elle l’inflation ? Dans quelle mesure la mondialisation était‑elle responsable de la faible inflation avant la pandémie ? Que peut nous apprendre la situation précédant la crise de la Covid‑19 pour mieux comprendre la situation actuelle ?

La mondialisation : un effet baissier sur l’inflation entre 1995 et 2019

Les discussions sont ici illustrées avec des résultats fondés sur la dynamique de l’inflation dans les pays de la zone euro pour la période 1995‑2019. Savoir si des facteurs structurels tels que la mondialisation sont à l’origine des faibles niveaux d’inflation, enregistrés notamment au cours de la dernière décennie, est un sujet également abordé. Il s’agit en effet d’un sujet de préoccupation de longue date pour les banques centrales. La Banque centrale européenne (BCE) a examiné ce point dans le cadre de la revue de la stratégie de politique monétaire présentée en 2021 (BCE, 2021a). L’opinion assez largement partagée par les économistes, et confirmée par les travaux présentés dans cet article, est que la mondialisation a eu un effet négatif, mais quantitativement faible, sur la tendance de l’inflation totale dans la zone euro au cours de la période 1995‑2019, tout en étant plus important lors des cycles de hausse et de baisse.

[Pour lire la suite, télécharger l'article]