Language switcher

Vous êtes ici

Mécénat de recherche

Fondation pour la recherche et partenariats académiques

La Banque de France a recours à deux formes de mécénat en matière de recherche. D’une part la Fondation Banque de France encourage la recherche, qui est un bien public, dans le domaine économique. D’autre part, via les partenariats universitaires, la Banque soutient certains des plus importants centres de recherche français tout en développant des collaborations multiples entre ceux-ci et les équipes de recherche de la Banque.

Pour en savoir plus :

Fondation Banque de France pour la recherche en économie monétaire, financière et bancaire

La Fondation Banque de France pour la recherche en économie monétaire financière et bancaire a été reconnue d’utilité publique en 1995. Elle a pour but de promouvoir la recherche en économie tout en encourageant les synergies entre la Banque, l’université et la communauté financière. La Fondation accorde chaque année des bourses de recherche à des équipes internationales. Elle accueille également des chercheurs affiliés à des institutions étrangères qui interagissent avec les équipes de la Banque. La Fondation Banque de France remet également le « Prix jeune chercheur », le « Prix de thèse monétaire, financière et bancaire », et soutient l’organisation de colloques ou des associations de recherche en économie monétaire, financière et bancaire.

Partenariats de recherche

La Banque de France a noué des partenariats dans le cadre de son action de mécénat.

École d’Économie de Toulouse (TSE)

Depuis 2007 la Banque de France et Toulouse School of Economics (TSE) ont l'ambition de soutenir et renforcer l’excellence de la recherche économique en France et de se placer au cœur du débat et de l'expertise économique au niveau international. En 2012, la Banque de France et TSE ont lancé une série de prix dans les domaines de l'économie monétaire et de la finance. Ces prix Junior et Senior, qui sont décernés tous les deux ans, récompensent des chercheurs du milieu universitaire qui ont développé des concepts fondamentaux pour nous aider à mieux comprendre l’économie monétaire, la finance et le contrôle bancaire. Ces prix mettent en lumière et récompensent des travaux permettant d’améliorer les conditions d’action des banques centrales. De plus, la récente attribution du prix Nobel d’économie à Bengt Holmstrom, lauréat du prix BdF-TSE en 2012, renforce considérablement la visibilité et le prestige de cette opération. Ce partenariat vise également à conforter le programme doctoral de TSE en permettant aux doctorants de réaliser des séjours scientifiques au sein de la Banque de France sous la responsabilité conjointe de leur directeur de thèse à TSE et d’un chercheur de la Banque de France. Enfin ce partenariat permet des séminaires réguliers à Paris

École d’Économie de Paris (PSE)

La Chaire Banque de France de Paris School of Economics (PSE, École d’économie de Paris), inaugurée en septembre 2009, est le fruit d’une rencontre entre la Banque de France et le pôle international de recherche en économie à PSE. Partageant la volonté commune d’animer la vie scientifique sur de nombreuses questions internationales, ces deux entités ont scellé un partenariat favorisant le développement de la recherche sur l’architecture du système monétaire et financier international et dans le domaine de la macroéconomie internationale.

Fondation nationale des Sciences politiques (Sciences Po)

La Banque de France entretient un partenariat scientifique avec le Département d’Économie de Sciences Po Paris depuis mars 2012. Renouvelé en 2015 pour trois ans, cette action de mécénat a fourni au jeune Département d’Économie de Sciences Po une partie des moyens de son développement rapide. Le partenariat a également permis d’intensifier dans la durée les échanges scientifiques entre les économistes de la Banque de France et le corps professoral du Département d’Économie, contribuant ainsi à renforcer la qualité et la visibilité de la recherche produite à la Banque. Ces dernières années, le partenariat s’est traduit notamment par l’organisation jointe de nombreuses conférences académiques à rayonnement international et d'un séminaire de recherche mensuel sur la régulation bancaire et financière.

Fondation pour les Études et la Recherche sur le Développement International (FERDI)

La Banque de France et la Fondation pour les Études et la Recherche sur le Développement International (FERDI) collaborent depuis de nombreuses années sur les thématiques du financement du développement, de l’intégration économique et financière en Afrique, notamment francophone, et du rôle des marchés financiers dans le développement. Ce partenariat donne lieu à des publications communes, des efforts de recherche conjugués et l’organisation de conférences internationales biennales.

Aix Marseille School of Economics (AMSE)

La Banque de France et Aix-Marseille School of Economics (AMSE) ont renforcé leurs relations déjà étroites en organisant chaque année une conférence commune, qui a eu lieu depuis 2012, alternativement à Aix/Marseille et à Paris, sur le thème du marché du travail. La Banque de France accueille par ailleurs des professeurs détachés ou consultants, des stagiaires et des doctorants d’AMSE, tandis qu’AMSE compte plusieurs enseignants travaillant à la Banque de France.

Chaire ACPR avec le GENES (ENSAE-ENSAI), HEC et la Fondation du Risque

L’Initiative de Recherche Risques, Régulation et Risques Systémiques, dite Chaire ACPR « Régulation et Risque Systémique », a pour missions principales d’organiser des activités de recherche, de faciliter les contacts entre le milieu académique et l’ACPR ainsi que de développer un centre de réflexion et de propositions, ouvert à l’international, en ce qui concerne la gestion du risque systémique. Les thèmes de réflexion articulent des problématiques macroprudentielles sur des fondements microprudentiels. Elle associe l’ACPR au GENES (ENSAE-ENSAI-CREST), à HEC et à la Fondation du Risque. L’objectif est d’alimenter le débat public sur la régulation financière. Il s’agit pour l’ACPR de contribuer aux progrès dans ces domaines par le développement d’approches quantitatives portées par des équipes prestigieuses tant au niveau Français qu’international. Ces recherches doivent contribuer à l’amélioration des instruments de mesure et du contrôle des risques de nature systémique des acteurs du secteur financier et à la préservation de la stabilité financière.

Mis à jour le : 11/07/2017 10:02