Statistiques

Tendances régionales : Centre-Val de Loire - Décembre 2023

16 Janvier 2024

Selon les chefs d’entreprise participant à notre enquête (environ 8 500 entreprises ou établissements interrogés entre le 20 décembre et le 5 janvier), l’activité a progressé en décembre dans l’industrie, les services marchands et le second œuvre du bâtiment, et s’est stabilisée dans le gros œuvre. D’après les anticipations pour janvier, l’activité progresserait dans l’industrie et les services, mais sur un rythme plus ralenti, et se contracterait dans le bâtiment. Les carnets de commandes continuent de se dégrader dans le bâtiment. Dans l’industrie ils se regarnissent légèrement mais leur niveau est cependant toujours jugé bas, à l’exception notable de l’aéronautique.

La modération des prix de vente se poursuit. Selon les industriels, les prix des matières premières se stabilisent tandis que les prix des produits finis progressent peu.
Dans l’industrie et les services marchands, la proportion d’entreprises ayant augmenté leurs prix continue de baisser en décembre, et elle se stabilise dans le bâtiment.

Les difficultés de recrutement repartent sensiblement à la baisse et concernent 41 % des entreprises (après 45 % en novembre).

L’indicateur d’incertitude est revenu à un niveau proche de son niveau pré-Covid dans l’ensemble des grands secteurs. La situation de trésorerie se détériore à nouveau dans l’industrie et se stabilise dans les services. Elle est jugée dégradée dans de nombreux secteurs d’activité.

Sur la base des résultats de l’enquête, complétés par d’autres indicateurs, la hausse du PIB au quatrième trimestre serait un peu plus élevée que notre estimation de + 0,1 % du mois dernier et approcherait + 0,2 % (après une baisse de – 0,1 % au troisième trimestre), soutenue par les services
marchands ainsi que, dans une moindre mesure, par l’industrie manufacturière.

Points clefs

Dans la région, l’activité a été dynamique dans l’industrie, les services marchands et en retrait dans le bâtiment. Les sociétés qui sont liées aux secteurs de l’armement, de l’aéronautique, du luxe, connaissent une forte activité alors que celles qui travaillent pour le bâtiment ont une évolution plus modérée. Des facteurs spécifiques à ce mois de décembre, tels que la disposition des congés scolaires, l’achèvement des travaux ou la facturation de gros comptes au détriment de la prospection, ont parfois accentué les tendances et déjoué les prévisions faites en novembre.

Les difficultés d’approvisionnement restent marginales. Les problèmes de recrutement demeurent forts mais continuent à diminuer. Les prix de l’énergie impactent les marges et poseront encore des problèmes à l’avenir, surtout dans les services, car dans l’industrie, des contrats plus avantageux récemment conclus limitent les variations de coûts. Pour nombre d’entreprises, les contraintes de marges ne permettent pas de répercuter les baisses du prix des intrants. Les prix de vente augmentent légèrement dans l’industrie et restent stables ailleurs. Les carnets de commandes ne s’effritent plus pour le deuxième mois consécutif.

Le mois de janvier serait marqué par une progression dans les services- tirés à la hausse par le nettoyage, les autres sous-secteurs seraient constants voire en baisse- une stabilité dans l’industrie et un recul dans le bâtiment. Un cycle de hausse des prix, alimenté par l’augmentation des salaires, semble se mettre en place dans les services. Les chefs d’entreprise interrogés font part de leur inquiétude pour le début 2024 en raison de la conjoncture nationale pénalisée par l’impact de l’inflation sur la consommation, de la déception relative aux conjonctures allemandes et chinoises, ainsi que de la hausse du prix du fret.

Télécharger l'intégralité de la publication