Bulletin de la Banque de France

Élargissement des BRICS : quelles conséquences potentielles pour l’économie mondiale ?

9 Janvier 2024
Auteurs : Amandine Afota, Valentin Burban, Pavel Diev, Fabio Grieco, Théo Iberrakene, Karine Ishii, Margarita Lopez Forero, Quentin Paul, Frank Sammeth, Cécile Valadier

Bulletin n° 250, article 2. Le 1er janvier 2024, le groupe des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) s’est élargi à cinq nouveaux pays. Il s’agit d’une nouvelle étape dans le développement de cette entité. Cet élargissement conforte le poids économique et démographique des BRICS. Toutefois, l’hétérogénéité des pays membres ainsi que la faible intégration commerciale au sein du groupe limitent la capacité de ce dernier à influencer le fonctionnement des échanges mondiaux et le système monétaire international. À ce stade, cet élargissement permet donc surtout de souligner l’attrait de cette enceinte pour les pays émergents et en développement, qui y voient un forum d’expression de la voix du « Sud global », et contribue à positionner l’ensemble élargi, les BRICS+, comme un acteur important de la gouvernance économique mondiale.

Image Bulletin 250-2
Évolution des parts du G7, des BRICS et BRICS+ dans le PIB mondial, en parité de pouvoir d'achat

1 Des BRICS aux BRICS+ : un élargissement qui permet de conforter la concertation et le poids socioéconomique du groupe 

L’élargissement, une nouvelle étape dans l’affirmation des BRICS sur la scène internationale

L’élargissement au 1er janvier 2024 des BRICS à cinq nouveaux pays marque une nouvelle étape dans l’émergence de ce groupement de pays en tant que force économique et politique. Les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) sont progressivement passés d’un acronyme économique et financier (O’Neill, 2001) à un groupement plus politique. En particulier, depuis 2009, les quatre pays fondateurs, rejoints en 2011 par l’Afrique du Sud, se réunissent formellement à l’occasion des Sommets des chefs d’États et de gouvernements. Une nouvelle étape a été franchie lors du XVe Sommet des BRICS à Johannesburg (22 24 août 2023), à l’issue duquel six nouveaux pays émergents et en développement (Argentine, Égypte, Éthiopie, Iran, Arabie saoudite et Émirats arabes unis) ont été invités à rejoindre les BRICS, à partir du 1er janvier 2024 (cf. carte). Toutefois, après les élections présidentielles qui ont porté Javier Milei au pouvoir en décembre 2023, l’Argentine n’a pas donné de suite favorable à cette invitation. Le nouveau groupe « BRICS+ », par son élargissement, augmente ainsi son poids économique et politique mondial et entend promouvoir, selon les termes de la déclaration (XVe Sommet de Johannesburg, 2023), la coopération, la solidarité et les partenariats stratégiques au sein du « Sud global » dans un esprit d’engagement pour un multilatéralisme plus inclusif.

L’élargissement conforte le poids économique et démographique des BRICS+

Les BRICS+ représentent un poids démographique et économique majeur, avec près de la moitié de la population mondiale (46 %, contre 41 % pour les BRICS), contre un peu moins de 10 % pour les pays du Groupe des sept (G7 : États-Unis, Canada, Japon, Royaume Uni, Allemagne, France et Italie). Si la part des BRICS dans le PIB mondial (31,6 % en parité de pouvoir d’achat – PPA – en 2022) a déjà dépassé celle du G7 (cf. graphique 1), les BRICS+ représentent plus du tiers du PIB mondial (35,6 % en 2022). Au sein du groupe, la Chine occupe toutefois une place prépondérante : elle représente 52 % du PIB (en PPA) des BRICS+, ce qui correspond également au poids des États-Unis au sein du G7.