Document de travail

L’impact économique de l’approfondissement des accords commerciaux préférentiels

14 Février 2022
Auteurs : Lionel Fontagné, Nadia Rocha, Michele Ruta, Gianluca Santoni

Document de travail n°866. Cet article étudie les impacts économiques des accords commerciaux préférentiels, en fonction de leur niveau d'ambition. Nous regroupons 278 accords, englobant 910 dispositions dans 18 domaines de politique économique et estimons l'élasticité du commerce pour les différents groupes. Nous utilisons ensuite ces élasticités dans une série de situations contrefactuelles d'équilibre général pour des économies de dotation, révélant que l'approfondissement des accords existants (la marge intensive de l'intégration régionale) pourrait stimuler le commerce mondial de 5 % et le PIB mondial de 1 %. Les gains attendus de l'approfondissement des accords au sein des régions ou entre elles varient en fonction de l'ambition initiale des accords et de la taille des marchés régionaux.

Image Espace de classification des accords commerciaux

Les accords commerciaux préférentiels sont de plus en plus constitués de documents juridiques complexes couvrant un large éventail de politiques aux frontières et derrière les frontières. Par conséquent, les changements systémiques dans la structure de ces accords peuvent avoir des effets plus complexes que ceux saisis par l'approche habituelle consistant à contrôler la présence (ou l'absence) d'un accord entre chaque paire de pays dans les équations de commerce. Dans cet article, nous nous appuyons sur les récents développements de la littérature sur la gravité structurelle et nous explorons les impacts économiques inégaux découlant des diverses dispositions contenues dans les accords - c'est-à-dire la marge intensive de l'intégration régionale.

La première étape de l'analyse consiste à définir des groupes statistiquement significatifs d'accords de en fonction de leur contenu. Nous nous appuyons sur une description exhaustive des dispositions incluses dans les accords, basée sur la nouvelle base de données de la Banque mondiale sur les accords commerciaux approfondis. Nous utilisons des informations sur tous les domaines d'action (à l'exception des droits de douane) englobant les objectifs, les engagements et les procédures d'application présents dans les textes juridiques, ainsi que les annexes disponibles des 278 accords en vigueur et notifiés à l'OMC jusqu'en 2018. La complexité des informations sous-jacentes nous oblige à regrouper les dispositions détaillées en catégories, à évaluer l'ambition de chaque catégorie dans chaque accord, et enfin à regrouper les accords en fonction de leur similarité en termes d'ambition des dispositions qu'ils contiennent. Ces accords notifiés à l'OMC contiennent 906 dispositions, regroupées en 18 catégories. En utilisant un algorithme performant de classification, nous obtenons trois groupes d'accords de partenariat économique, la distance entre les observations au sein de chaque groupe étant minimisée et la distance entre les groupes étant maximisée.

La tâche suivante consiste à estimer l'impact commercial de chaque catégorie d'accord, en tenant compte de notre classification des accords. Là encore, nous laissons parler les données et estimons quel est l'impact moyen de l'appartenance à un accord positionné dans un certain groupe. Nous prenons en compte les flux commerciaux internes (les échanges à l'intérieur de chaque pays) dans notre estimation des impacts commerciaux des différents types d'accord. Cela confirme la pertinence de notre classification : les trois groupes ont un impact statistiquement différent sur le commerce, et nous les nommons avec les mnémoniques "profond", "moyen" et "limité" en fonction de leur impact décroissant sur le commerce. La figure ci-dessous représente les accords des trois types dans l'espace de classification.

La dernière étape de l'analyse consiste à quantifier l'impact sur le commerce et le bien-être d'accords commerciaux contrefactuels, ayant une ambition différente. Puisque nous connaissons l'impact des différents groupes d'accords sur le commerce, nous pouvons évaluer les conséquences économiques de l'approfondissement des accords existants. Nous déplaçons tout d'abord tous les accords existants de leur groupe vers le plus ambitieux (c'est-à-dire "profond") et nous en examinons les effets économiques. Étant donné que nous ne modifions pas le réseau d'accords mais uniquement leur contenu, cet exercice permet de saisir une variation à la marge intensive de l'intégration commerciale régionale. Nous montrons que l'approfondissement de tous les accords commerciaux existants pourrait stimuler le commerce mondial de 5 % et le PIB mondial de 1 % par rapport au scénario de base. Peu de pays sont affectés négativement par l'approfondissement de la coopération commerciale, ce qui illustre l'importance de la marge intensive des accords de coopération commerciale. Nous simulons ensuite un approfondissement séparé des accords existants au sein de chaque région et entre les régions. Les résultats sont diversifiés selon les régions de l'économie mondiale, compte tenu de l'ambition actuelle des accords de partenariat économique signés et des différences de taille des marchés régionaux. Les pays de la région Asie de l'Est et Pacifique bénéficieraient principalement de l'approfondissement des accords commerciaux préférentiels au sein de la région, tandis que les pays de la région Moyen-Orient et Afrique du Nord bénéficieraient davantage de l'approfondissement des accords avec des partenaires extérieurs à la région. Toutes les autres régions se situent entre ces deux cas extrêmes. Étant donné que la diversité des préférences politiques peut être plus grande entre les régions qu'à l'intérieur d'une même région, il devrait être plus facile d'approfondir les accords commerciaux régionaux. Mais les gains de ces différentes stratégies d'intégration (au sein des régions ou entre elles) différeront en fin de compte selon les pays.