Statistiques

Tendances régionales : Grand-Est - Août 2022

12 Septembre 2022

Dans un environnement économique toujours très difficile et incertain (crise énergétique, difficultés d’approvisionnement et de recrutement), l’activité continue globalement de résister. En effet, selon les chefs d’entreprise participant à notre enquête (environ 8 500 entreprises ou établissements interrogés entre le 29 août et le 5 septembre), l’activité au mois d’août a progressé, légèrement dans l’industrie et plus nettement dans les services marchands couverts par l’enquête. Elle est en revanche quasi stable dans le bâtiment.

Pour le quatrième mois consécutif, les difficultés d’approvisionnement se tassent, cette fois plus nettement ; elles restent néanmoins élevées dans l’industrie (51 % en août, après 57 % en juillet) et le bâtiment (43 %, après 48 %). La hausse des prix des produits finis ralentit. Les difficultés de recrutement s’établissent à un niveau encore élevé (57 %, après 58 %).

Pour le mois de septembre, notre indicateur d’incertitude repart à la hausse ; les chefs d’entreprise remontent leurs inquiétudes quant à la problématique énergétique (prix et disponibilité) et au comportement de consommation des ménages, en lien avec l’inflation. L’érosion des carnets de commande dans le bâtiment et de certaines trésoreries constituent également des signaux de vigilance pour les prochains mois. Dans ce contexte, les chefs d’entreprise anticipent néanmoins une légère progression de l’activité en septembre.

Après un premier trimestre 2022 marqué par la vague épidémique Omicron et le début de la guerre en Ukraine, la croissance s’est montrée plus dynamique que prévu au deuxième trimestre, pour atteindre 0,5 % par rapport au trimestre précédent. Après avoir été stable en juillet, le PIB augmenterait en août puis en septembre. Dans un contexte toujours très incertain, nous estimons à ce stade que la progression du PIB pour le troisième trimestre 2022, par rapport au trimestre précédent, pourrait s’établir autour de + 0,3 %.

Points Clefs

L’activité industrielle se redresse légèrement, voire significativement dans la production alimentaire. La préservation des marges reste une préoccupation forte, dans un contexte où les coûts des intrants comme de la main d’œuvre augmentent. La demande, ainsi que les carnets, sont satisfaisants dans l’ensemble.

Les services marchands enregistrent une évolution globale favorable des volumes de leurs prestations. Seuls les secteurs de l’ingénierie et, dans une moindre mesure, de l’hébergement-restauration, marquent le pas.

Dans le bâtiment, une légère reprise est constatée par les dirigeants, essentiellement sous l’impulsion des métiers du gros œuvre. Le courant d’affaires progresse d’un trimestre sur l’autre dans les travaux publics.

Dans les prochaines semaines, les industriels envisagent un repli de la production, en lien avec la difficile alimentation en énergie. Les chefs d’entreprise des services marchands tablent sur une stabilité de l’activité et les professionnels du bâtiment s’attendent à une progression.

Télécharger l'intégralité de la publication