Statistiques

Tendances régionales : Hauts-de-France - Mai 2022

16 Juin 2022

Depuis le début de l’année, l’économie française a enregistré un choc sévère sous l’effet de la guerre en Ukraine et des mesures de confinement en Chine. Si ce choc a continué de marquer l’économie française en mai, notre enquête mensuelle de conjoncture nous montre qu’à ce stade l’activité fait preuve de résilience.

En effet, selon les chefs d’entreprise participant à notre enquête (environ 8 500 entreprises ou établissements interrogés entre le 27 mai et le 3 juin), l’activité au mois de mai a progressé dans l’industrie, les services marchands couverts par l’enquête, et le bâtiment.

Pour le mois de juin, l’activité s’améliorerait modérément dans les services marchands, évoluerait peu dans l’industrie et serait en léger repli dans le bâtiment. Ces perspectives restent toutefois entourées d’une incertitude significative, même si notre indicateur d’ incertitude se replie de nouveau dans l’industrie et les services. Dans ce contexte, les difficultés d’approvisionnement restent élevées dans l’industrie (61 % en mai, après 64 % avril) et le bâtiment (55 %, après 54 %).

Les difficultés de recrutement progressent en mai, à 55 %, notamment dans l’industrie et les services. Parallèlement, la part des chefs d’entreprise indiquant augmenter leurs prix de vente reste élevée mais se replie ce mois-ci, en lien avec une augmentation moins forte des prix des matières premières. Après son très fort rebond en 2021, le PIB a connu une baisse lors du premier trimestre 2022, du fait notamment des effets de la vague épidémique Omicron et des premières conséquences de la guerre en Ukraine. Les résultats de notre enquête, combinés à d’ autres informations, suggèrent qu’après une légère hausse du niveau d’activité en avril par rapport au mois de mars, le PIB progresserait plus nettement en mai, du fait d’un rebond dans l’industrie et surtout dans les services.

Selon les premières indications, l’activité augmenterait à nouveau légèrement en juin. Dans un contexte, certes toujours très incertain, nous estimons à ce stade que la progression du PIB pour le deuxième trimestre 2022 s’établirait autour de ¼ %par rapport au trimestre précédent.

Points Clefs

En mai, à l’instar de l’évolution constatée au niveau national, l’activité économique régionale a progressé dans l’ensemble des secteurs malgré un contexte économique et géopolitique incertain.

Dans l’industrie, la production a fortement augmenté dans presque toutes les branches, en particulier dans la fabrication de matériels de transport, l’industrie métallurgique et l’agroalimentaire. A contrario les sous-secteurs du bois, du papier et de l’imprimerie, la fabrication dans le domaine du textilehabillement-chaussure ont enregistré une baisse des volumes de production. Les carnets de commandes restent globalement solides. Pour les prochaines semaines, les industriels sont moins optimistes et anticipent un léger recul d’activité.

Dans les services, la croissance de l’activité et la demande a globalement ralenti mais reste satisfaisante. Les activités informatiques et d’informationcommunication ont encore fortement progressé. Le secteur de l’intérim a de nouveau vu ses prestations diminuer, pénalisé par une baisse de la demande industrielle en main d’œuvre liée aux difficultés d’approvisionnement. A court terme, les chefs d’entreprise anticipent un ralentissement d’activité. La demande devrait se stabiliser.

L’activité a continué de croître dans le secteur du Bâtiment, en particulier dans le second œuvre. Pour juin, malgré des carnets de commandes bien remplis, les entrepreneurs annoncent une baisse globale d’activité.

Télécharger l'intégralité de la publication