Statistiques

Tendances régionales : Hauts-de-France - Juin 2023

13 Juillet 2023

Selon les chefs d’entreprise participant à notre enquête (environ 8 500 entreprises ou établissements interrogés entre le 28 juin et le 5 juillet), l’activité a légèrement progressé en juin dans l’industrie, et plus nettement dans les services et le bâtiment, avec dans ces deux secteurs une évolution meilleure que prévu le mois dernier. Les anticipations pour le mois en cours semblent, comme souvent ex ante, plus contrastées : les chefs d’entreprise anticipent une stabilité dans l’industrie, une progression dans les services et un recul dans le bâtiment.

Les difficultés d’approvisionnement se stabilisent à des niveaux relativement bas dans le bâtiment (16 % des entreprises les mentionnent en juin, après 15 % en mai) et dans l’industrie (23 %, comme en mai). Pour le troisième mois consécutif, les industriels jugent que les prix sont en nette baisse pour les matières premières et qu’ils se stabilisent pour les produits finis. Les opinions sur les évolutions des prix des services et du bâtiment reviennent à leurs niveaux pré‑Covid. Dans l’industrie, le processus de désinflation se confirme : seuls 8 % des chefs d’entreprise indiquent avoir augmenté leurs prix de vente en juin – ce qui représente un plus bas depuis début 2021 – et 6 % d’entre eux les ont baissés – un plus haut depuis près de trois ans. La proportion d’entreprises ayant baissé leurs prix est également en hausse dans le bâtiment. Les difficultés de recrutement évoluent peu et concernent la moitié des entreprises (50 %).

Notre indicateur d’incertitude remonte sensiblement dans les services et le bâtiment. Dans l’industrie et le gros œuvre du bâtiment, les carnets de commande se stabilisent à des niveaux inférieurs à leur moyenne de long terme. La situation de trésorerie reste jugée dégradée dans l’industrie et dans les services.

Sur la base des résultats de l’enquête, complétés par d’autres indicateurs, nous estimons que la progression du PIB au deuxième trimestre 2023 serait de + 0,1 % par rapport au trimestre précédent.

Points clefs

En juin, le ralentissement de la croissance de l’économie régionale initié en mai s’est confirmé.

Dans l’industrie, la production est demeurée globalement stable avec des évolutions différentes selon les secteurs. L’activité a cru de façon significative, principalement dans les secteurs du textile-habillement-chaussures, des matériels de transport ainsi que dans la fabrication des équipements électriques et autres machines. Une baisse sensible de la production a été enregistrée dans les secteurs de la métallurgie, du caoutchouc-plastique ainsi que dans l’agroalimentaire. Pour juillet, les industriels affichent un certain pessimisme et annoncent une baisse d’activité.

Dans les services marchands, l’activité n’a pas varié significativement. Cette stabilité apparente masque une forte baisse des prestations, notamment dans les secteurs de l’informatique, de l’information-communication et dans l’hébergement-restauration. Seules les activités juridiques, de gestion, d’architecture et d’ingénierie ont affiché une croissance marquée de leur activité. Pour les prochaines semaines, les chefs d’entreprise interrogés ne prévoient pas d’amélioration du niveau des prestations. La demande devrait néanmoins un peu progresser.

Dans la construction, l’activité s’est inscrite en hausse dans le bâtiment après un mois de mai perturbé par d’importantes prises de congé, tandis que dans les travaux publics, une forte diminution des mises en chantier a été enregistrée. Les carnets de commandes demeurent favorablement orientés dans le bâtiment et insuffisamment garnis dans les travaux publics. À court terme, les entrepreneurs anticipent une baisse d’activité, laquelle devrait être marquée dans le secteur des travaux publics

Télécharger l'intégralité de la publication