Statistiques

Tendances régionales : Auvergne-Rhône-Alpes - Mai 2024

Mise en ligne le 14 Juin 2024

Selon les chefs d’entreprise participant à notre enquête (environ 8 500 entreprises ou établissements interrogés entre le 29 mai et le 5 juin), après avoir été soutenue en avril, l’activité a reculé en mai dans l’industrie et le bâtiment, en raison principalement des congés et fermetures liés au positionnement des jours fériés ; elle progresse en revanche dans les services marchands. D’après les anticipations des entreprises pour juin, l’activité rebondirait dans l’industrie et continuerait de progresser dans les services. Dans le bâtiment, elle diminuerait de nouveau en juin dans le gros œuvre mais repartirait à la hausse dans le second œuvre. Les carnets de commandes sont globalement stables dans l’industrie par rapport à avril et sous la moyenne de long terme, à l’exception notable de l’aéronautique ; dans le gros œuvre du bâtiment, ils demeurent en retrait par rapport à la période pré-Covid en raison de la situation du marché de la construction de logements neufs.

La modération des prix de vente se poursuit. Selon les industriels, les prix des matières premières continuent de diminuer. Dans l’industrie et le bâtiment, la proportion d’entreprises ayant augmenté leurs prix ce mois-ci (respectivement 7 % et 5 %) se situe un peu en dessous de leurs niveaux des mois de mai d’avant-Covid. Parallèlement, la proportion de celles indiquant des baisses de prix (respectivement 5 % et 8 %) est supérieure à celle d’avant-Covid. Dans les services marchands, la proportion d’entreprises indiquant une hausse de leurs prix (10 %) ne s’est pas encore complètement normalisée.

Les difficultés de recrutement poursuivent leur lent repli : 36 % des entreprises les mentionnent en mai (après 38 % en avril).

Sur la base des résultats de l’enquête, complétés par d’autres indicateurs, le PIB progresserait très légèrement au deuxième trimestre 2024, avec une variation actuellement estimée entre 0 % et 0,1 % compte tenu des incertitudes liées au calendrier particulier du mois de mai. Ceci fait suite à une hausse du PIB de 0,2 % au premier trimestre 2024.

Points clefs

En raison de fermetures de sites venant en surcroît des jours fériés de mai mai, l’activité industrielle a fortement recul reculé en région comme au national. Les entrées de commandes sont restées mesurées, malgré un regain de la demande sur les marchés étrangers. Le taux d’utilisation des capacités de production s’est infléchi, pour retrouver un niveau bas à 73%. Le prix des matières premières s’est globalement stabilisé et les prix de vente ont poursuivi une tendance baissière dans la plupart des secteurs (à l’exception de la métallurgie et du caoutchouc). Les carnets de commandes restent globalement jugés peu consistants, offrant une faible visibilité. Dans ce contexte, les chefs d’entreprise anticipent toutefois une reprise de l’activité au mois de juin et prévoient une stabilisation de leurs effectifs.

Dans les services marchands, l’activité s’est légèrement contractée en région, alors qu’elle est restée favorablement orientée au national. Les secteurs du transport routier de fret et du travail temporaire ont enregistré des baisses significatives, en lien avec les tendances observées dans les activités industrielles et le bâtiment, alors que le secteur de l’hébergement-restauration a été pénalisé par une météo défavorable. Les prix de vente ont peu évolué. Les effectifs se sont juste consolidés, malgré une volonté d’embauches, du fait de difficultés de recrutement encore présentes dans certains secteurs. Les prévisions restent prudentes pour les semaines à venir, présageant au mieux d’une stabilisation de l’activité.

L’activité du bâtiment a enregistré une légère croissance en Auvergne-Rhône-Alpes, alors qu’elle est en retrait au plan national. Cette évolution s’appuie sur la bonne tenue du second œuvre, alors que le gros œuvre a poursuivi sa tendance baissière. Le s prix des devis ont continué de s’effriter, témoignant d’une situation concurrentielle plus tendue. Les perspectives à court terme sont incertaines , avec un repli de l’activité attendu tant dans le gros œuvre que dans le second œuvre.

Les situations de trésorerie restent dans l’ensemble préservées, hormis les tensions signalées dans l’hébergement-restauration, le transport routier de fret et les fabrications de machines et équipements.
 

Télécharger l'intégralité de la publication

Mise à jour le 20 Juin 2024