Rapport

Rapport de la balance des paiements et la position extérieure de la France 2022

20 Juillet 2023

Dans le cadre de ses missions fondamentales, et conformément à l’article L. 141-6 du Code monétaire et financier, la Banque de France est chargée de l’élaboration de la balance des paiements et de la position extérieure. Le rapport présente un panorama complet de la situation économique, financière et monétaire de la France vis-à-vis du reste du monde. Il analyse les informations fournies à la Banque de France par les intermédiaires financiers, les entreprises et les administrations pour établir la balance des paiements et la position extérieure de la France selon la méthodologie préconisée par le FMI en accord avec les pays membres. L’examen de la balance des paiements – compte des transactions courantes (biens, services, revenus primaires et secondaires), compte de capital, compte financier (investissements directs et de portefeuille, autres investissements, dont dépôts et crédits bancaires, instruments financiers dérivés et avoirs de réserve) – précède une présentation de la position extérieure. 

En 2022, le solde des transactions courantes s’est fortement creusé : il atteint un déficit historique de 53,9 milliards d’euros (2 % du PIB), après un très léger excédent l’année précédente. À la suite du rebond post‑Covid observé en 2021, l’économie mondiale a été percutée en 2022 par des tensions internationales liées à la guerre russe en Ukraine dont les effets s’inscrivent directement dans les balances des paiements. Le solde des échanges de biens porte ainsi l’essentiel de la dégradation des transactions courantes, en lien direct avec la très forte remontée des prix de l’énergie déjà amorcée en 2021. À l’inverse, l’excédent des échanges de services progresse de nouveau et atteint un niveau historique, mais la progression, à un rythme comparable à ce qui avait été observé en 2021, est trop faible pour compenser l’accroissement du déficit des échanges de biens. L’excédent des revenus se replie sur l’année, mais reste à un niveau élevé.

Le compte financier affiche des entrées nettes de capitaux de 57,7  milliards d’euros. Les investissements de portefeuille assurent principalement le financement du compte courant pour 119,3 milliards, alors que les prêts et dépôts des banques françaises et étrangères dégagent des sorties nettes de capitaux.

Malgré le surcroît de besoin de financement, la position extérieure nette de la France s’améliore de 143,4  milliards d’euros pour s’établir à – 629,3 milliards, soit – 23,8 % du PIB, contre – 30,9 % en 2021. L’accroissement des engagements nets en titres de dette dû aux achats des non‑résidents a été plus que compensé par des effets de valorisation fortement négatifs du côté des engagements, imputables à la baisse de la valeur de marché des titres de dette français à la suite de la forte hausse des taux d’intérêt.

Télécharger l'intégralité de la publication