Language switcher

L'émission des billets et des pièces en euros

Les banques centrales émettent les billets ; en France, il s’agit de la Banque de France, de l’IEDOM et de l’IEOM. Depuis l’introduction de l’euro en 2002, près de 19 milliards de billets ont été émis dans l’ensemble de la zone euro, équivalant à 1 100 milliards d’euros. Le billet de 20€ représente deux tiers des émissions nettes françaises. Les pièces sont émises par les Trésors nationaux ; en France, la Banque de France les met en circulation pour le compte du Trésor.»

Qu’est-ce qu’émettre des billets et des pièces ?

Émettre des billets et des pièces consiste à mettre à la disposition du public la monnaie fiduciaire. Un billet (ou une pièce) est considéré comme émis dès lors qu’il sort des stocks d’un institut d’émission. Il devient alors un billet (ou une pièce) en circulation. Il est ensuite retiré de la circulation lorsqu’il est versé aux guichets d’un institut d’émission.

 
La circulation fiduciaire se définit comme l’ensemble des billets (ou pièces) en euros mis à la disposition du public par les banques centrales de l’Eurosystème, y compris ceux détenus hors de la zone euro. Elle se calcule par la différence entre les prélèvements (sorties) et les versements (entrées) de billets (ou pièces) aux guichets de l’ensemble des banques centrales de la zone euro, depuis l’introduction de la monnaie unique sous sa forme fiduciaire.
Janvier 2002
Passage à l’euro fiduciaire

Le passage à l’euro fiduciaire en janvier 2002 a rendu le concept de "circulation fiduciaire" inopérant au plan national. Au niveau des banques centrales nationales, la différence entre les prélèvements (sorties) et les versements (entrées) de billets (ou pièces) depuis leur adhésion à l’euro est associée à la notion d’émissions nettes.
En effet, en raison des migrations de billets (ou pièces) entre les différents pays de l’Union monétaire, les émissions nettes d’une banque centrale ne peuvent être assimilées au nombre de billets en circulation dans le pays en question.
Ces migrations conduisent chacun des pays de la zone à afficher des émissions nettes négatives pour au moins l’une des sept coupures de la gamme (à l’exception de l’Allemagne et de la Slovaquie).
Ces pays ont donc enregistré pour ces coupures plus de versements que de prélèvements de billets (ou pièces) aux guichets de leur banque centrale.


Mis à jour le : 04/04/2017 11:31