Louis Alexandre de Bourbon, comte de Toulouse

Louis Alexandre de Bourbon est le dernier des enfants naturels de Louis XIV et de Madame de Montespan. Il achète en 1713 l’hôtel de la Vrillière avec la collection de tableaux et il le fait

refaire par Robert de Cotte, premier architecte du roi qui transforme la galerie dorée. Il meuble aussi son hôtel avec les tapisseries (Vertumne et Pomone, les triomphes marins) qu’il avait reçues

de sa mère dont il était très proche. Il commande aussi à l’ébéniste Boulle une paire de thermomètre-baromètre.

Louis-Alexandre de Bourbon, Comte de Toulouse

Né le 6 juin 1678 à Versailles, légitimé et titré comte de Toulouse le 22 novembre 1681.
Nommé Amiral de France le 23 novembre 1683
Janvier 1689 : Gouverneur de Guyenne
Mars-avril 1691 : Participe au siège de Mons
1691 : Madame de Montespan quitte la cour
25 mai – 30 juin 1692 : Siège de Namur
2 février 1693 : Chevalier des Ordres du roi
28 août 1693 : Commandement en chef du régiment Toulouse-cavalerie
5 mai 1694 : Rang après les princes du sang et avant les ducs-pairs
3 août 1697 : Lieutenant général des armées
15 décembre 1698 : Duc et pair de Penthièvre
Juin-août 1702 : Campagne de Sicile (Messine et Palerme)
24-25 août 1704 : Bataille de Malaga
1705 : Décoré par Philippe V d’Espagne (son neveu) de l’ordre de la Toison d’or
1706 : Acquisition de Rambouillet
27 mai 1707 : Mort de Madame de Montespan
1713 : Achat de l’hôtel La Vrillière
Mars 1714 : Grand Veneur (en succession du Duc de La Rochefoucauld)
2 février 1723 : Mariage avec Marie-Victoire de Noailles
16 novembre 1725 : Naissance du duc de Penthièvre
1er décembre 1737 : Mort à Rambouillet


Vertumne & Pomone, la Terre

Le destin de cette tenture est assez mystérieux, elle faisait partie d’un cycle consacré aux quatre éléments. Commandée en XXXX par Madame de Montespan pour la représenter avec Louis XIV ainsi que leurs deux fils[1]. L’Air était consacré au roi sous les traits de Jupiter, le Feu au duc du Maine, l’Eau au comte de Toulouse avec Neptune et la Terre à Madame de Montespan avec Cybèle. L’Air[2] et le Feu[3] appartiennent au Metropolitan Museum of Art de New York. L’Eau a disparu.

Quelques années plus tard, pour une raison inconnue, le médaillon central qui devait représenter Madame de Montespan ainsi que le médaillon supérieur qui illustrait probablement la Terre, ont été découpés. Ils furent remplacés, d’une part, par Vertumne et Pomone, et d’autre part par les trois fleurs de lys et la barre de bâtardise qui sont les armes du comte de Toulouse.

Le médaillon de Vertumne et Pomone est la copie d’un tableau conservé au château de Fontenay en Normandie, qui a disparu pendant la seconde guerre mondiale[4]. Ce tableau, dont l’auteur demeure inconnu, représentait Mademoiselle de Blois sous les traits de Pomone, jeune nymphe d’une grande beauté et divinité des fruits, et le Comte de Toulouse en dieu Vertumne déguisé en femme. Ce tableau était le pendant d’une toile de François de Troy (1691) qui avait peint le duc du Maine et mademoiselle de Nantes sous les traits de Pâris et Vénus.

Sur la tapisserie, le comte de Toulouse est le personnage de gauche en robe (Vertumne).

Tapisserie Vertumne & Pomone

 

Les triomphes marins

Cet ensemble de quatre tentures représentent Le triomphe de Vénus, Vénus et Anchise, Vénus donnant ses armes à Énée et Vénus guidant Énée alors qu’Eurus détruit la flotte troyenne[5]. Ces tentures furent tissées par l’atelier parisien de Béhagle vers 1697.

Sur fond de « palais chimérique, digne de l’apothéose d’un opéra de Lulli, avec ses colonnes tout incrustées de coquillages et de coraux[6] », Vénus est mise en scène. Comme le note avec justesse Charissa Bremer-David, l’ensemble est une allégorie à Madame de Montespan représentée sous les traits de Vénus. Dans la première tapisserie, Vénus apparaît seule dans son char tiré par deux chevaux marins et précédé par des tritons. Sur la suivante, Vénus est représentée en gloire au pied d’Anchise. Les deux dernières tapisseries évoquent des passages de l’Énéide. Vénus remet à son fils Énée les armes forgées par Vulcain. Vénus sauve son fils du naufrage provoqué par la colère de Junon qui a déchaîné Eurus, le vent des tempêtes. Cette histoire est à mettre en parallèle avec celle d’Athénaïs de Montespan (1640-1707) qui fut la maîtresse du roi Louis XIV de 1667 à 1683. Son fils, Louis-Alexandre, Comte de Toulouse (1678-1737) reçut, grâce à elle, honneurs et commandements[7].

Le comte de Toulouse est représenté sous les traits d’Énée.

 

 

Les boiseries de Vassé

Entre 1714 et 1719, le comte de Toulouse fait refaire l’hôtel. La galerie dorée est ornée de panneaux en bois sculpté reprenant les thèmes de la chasse et de la marine.

La galerie dorée

 

La cheminée

La plaque de cheminée représente les attributs du Comte de Toulouse.

 

La plaque de cheminée

 

 

Le baromètre et le thermomètre

Cette paire de baromètre et de thermomètre en marqueterie et décor de bronze doré de l’ébéniste André-Charles Boulle (vers 1720) et Gilles-Marie Oppenord. Ils sont décorés de homards, ancre de marine, vent soufflant (Eurus).

 

 

Ils formaient un ensemble avec le grand régulateur de parquet (horloge) qui est aujourd’hui conservé au Louvre[8].

 


[1] Danièle Véron-Denise, « Vertumne et Pomone à la Banque de France ; nouvelles précisions sur une tenture brodée du comte de Toulouse », in Bulletin de la Société de l’Histoire de l’Art français, Année 2005, 2006, pp. 83-100.

[4] Véron-Denise, op. cit.

[5] Enéide, chant 1, v.384-388

[6] Roger-Armand Weigert, « La tenture des triomphes marins d’après Jean I Bérain », in Gazette des Beaux-Arts, pp. 329-334

[7] Légitimé le 22 novembre 1681 et fait comte de Toulouse, amiral de France (23 novembre 1683), chevalier des ordres du roi (Saint-Michel et Saint-Esprit) le 2 février 1693, premier rang après les princes du sang (avant les ducs-pairs) déclaration du 5 mai 1694, lieutenant général des armées du roi, le 3 août 1697.

Mis à jour le : 12/06/2018 10:34