Réduire l’empreinte environnementale

La Banque de France est investie depuis 2008 dans une démarche de réduction de son empreinte environnementale. Cette démarche collaborative mobilise de nombreuses directions de la Banque. Elle s’inscrit dans sa politique de responsabilité sociale d’entreprise et constitue un objectif de son Plan Ambitions 2020 (engagement Environnement de sa stratégie RSE).

La Banque s’est ainsi engagée à réduire de 9% ses émissions de gaz à effet de serre en 2020 par rapport à 2014.

Suivre les émissions de gaz à effet de serre (GES)

Dans le cadre du suivi de son empreinte carbone et conformément à la réglementation en vigueur, la Banque de France a élaboré fin 2018 son 4ème Bilan des émissions de gaz à effet de serre (BEGES).

Répartition des émissions de GES par poste d’émission en 2017
(En milliers de tonnes équivalent CO2)

 

En 2017, la Banque de France a rejeté 97 479 tonnes de CO2, soit 2,4 % de moins qu'en 2014. Les consommations d'énergie, les déplacements et les achats demeurent les principaux postes de nos émissions de GES.

Un suivi annuel de son empreinte environnementale est par ailleurs réalisé, notamment à l’occasion de la publication du chapitre Responsabilité sociale d’entreprise du Rapport annuel de la Banque de France.

Piloter le suivi de l’empreinte environnementale

Le suivi de l’empreinte environnementale est assuré par le Pôle Environnement de la Mission RSE – Développement Durable de la Banque, rattachée au Secrétariat Général.

Ce suivi mobilise également plusieurs directions de la Banque. Pour compléter ce dispositif, un comité de pilotage Empreinte environnementale transverse à l’ensemble des directions a été mis en place en 2018.

Amplifier la réduction de l’empreinte environnementale grâce au Plan d’actions pour la réduction des émissions de GES

La Banque de France a élaboré un plan d’actions pour la réduction des émissions de ses GES détaillant les mesures opérationnelles envisagées pour atteindre l’objectif de diminution de -9% à l’horizon 2020.

S’agissant des déplacements professionnels, le plan présente plusieurs mesures, dont la révision de la politique voyages de la Banque dans le sens d’un recours plus systématique au train au lieu de l’avion, la diminution de la taille des délégations lors des réunions internationales, l’augmentation des réunions en visioconférence dans l’ensemble de la Banque et avec les institutions internationales dont la BCE, l’essor des formations à distance.

La progression du télétravail régulier ainsi que la mise en œuvre du télétravail occasionnel, en lien avec les évolutions législatives, participeront à la réduction des déplacements domicile-travail.

En matière d’énergies (gaz, fioul, électricité, chauffage urbain et climatisation), le renouvellement des équipements de chauffage, les travaux de rénovation thermique, la politique immobilière de la Banque axée sur l’efficience énergétique et l’approvisionnement en électricité d’origine renouvelable contribueront à réduire les émissions de GES. De même, la réalisation d’audits énergétiques et d’un plan d’actions associé dans les centres industriels, ainsi que des actions au niveau des centres informatiques pour optimiser la performance énergétique des équipements, renforceront la baisse des émissions de GES.

Les émissions liées aux immobilisations seront réduites grâce à la poursuite de la politique de rationalisation du parc de bâtiments de la Banque et à la nouvelle politique de dotation en matériel informatique des agents.

Mis à jour le : 02/10/2019 12:04