Vous êtes ici

L’hôtel de Toulouse

L’hôtel de Toulouse, véritable patrimoine historique construit en 1635, est situé rue de La Vrillière dans le 1er arrondissement de Paris. Chargé d’histoire, cet hôtel a traversé les siècles et connu plusieurs propriétaires successifs avant de devenir le siège de la Banque de France.

Après sa construction par François Mansart durant la première moitié du 17ème siècle, pour Louis Phélypeaux de La Vrillière, secrétaire d’état de Louis XIII, l’édifice qui était conçu comme un écrin fastueux fut racheté par le comte de Toulouse en 1713. Saisi sous la Révolution, l’hôtel particulier est finalement acquis par la Banque de France en 1808 pour y installer son siège social. L’hôtel de Toulouse abrite de nombreuses pièces dont la Galerie dorée, l’une des plus somptueuses galeries de France.

 

Chronologie de l’hôtel de Toulouse

 

L’hôtel de Toulouse : trois propriétaires successifs

 

Louis Phélypeaux, marquis de la Vrillière (1599-1681)

Dans le sillage du Cardinal de Richelieu, Louis Phélypeaux de la Vrillière fut nommé en 1629 Secrétaire d’État par Louis XIII. En 1635, il demanda à l’architecte François Mansart de lui construire un hôtel particulier sur les terrains libérés par la démolition de l’ancienne enceinte Charles V. L’hôtel, construit autour d’une cour principale, possédait aussi une longue galerie donnant le long du jardin et débordant en encorbellement sur la rue neuve-des-bons-enfants (aujourd’hui rue Radziwill). Sur les murs de la galerie étaient disposés dix toiles originales. En 1646, il commanda au peintre François Perrier une fresque mythologique pour décorer la voûte de la galerie. Maintenu à son poste par Louis XIV, il exerça ses fonctions de Secrétaire d’État pendant 50 ans. Amateur d’art, il constitua l’une des plus importantes collections de tableaux de son temps.

Louis Alexandre de la Vrillière, comte de Toulouse (1678-1737)

Louis Alexandre de Bourbon était le dernier des enfants naturels de Louis XIV et de Madame de Montespan. Légitimé et titré de Comte de Toulouse par son père en 1681, il fut amiral de France deux ans plus tard. Il acheta en 1713 l’hôtel de la Vrillière avec la collection de tableaux. Et le fit refaire par Robert de Cotte, premier architecte du roi. Partageant avec son père le goût de la chasse, il reçut en 1714 la charge de grand veneur. Ce thème et celui de la marine servirent de fil conducteur à la nouvelle décoration de son hôtel qui prit le nom d’hôtel de Toulouse. Les décors de la Galerie dorée conçus par Robert de Cotte et sculptés par Vassé, illustrent ces deux motifs. À sa mort, en 1737, l’hôtel passa aux mains de son fils le duc de Penthièvre qui le conserva jusqu’à la Révolution. En 1793, l’hôtel fut saisi et utilisé par l’Imprimerie nationale. La galerie dorée servit d’entrepôt à papier – ce qui la sauva certainement de la destruction.

La Banque de France

Créée en 1800, la Banque de France s’installa dans un premier temps dans l’église et la maison de l’Oratoire du Louvre (actuellement occupé par le temple protestant de l’Oratoire, rue Saint-Honoré). Elle s’installa ensuite à l’hôtel Massiac à côté de la place des Victoires avant d’acheter à l’État en 1808 l’hôtel de Toulouse. Depuis plus de deux cents ans, les travaux d’extension et de restauration n’ont pas cessé.

 

L’hôtel de Toulouse : une histoire en images

L’hôtel de Toulouse : une histoire en images

Louis Phélypeaux, marquis de la Vrillière (1599-1681)
Louis Alexandre de la Vrillière, comte de Toulouse (1678-1737)
L’hôtel de Toulouse du XVIIème (gravure de Marot)
La Banque de France
Le jardin de l’Hôtel de Toulouse

 

La Galerie dorée

La Galerie dorée est abritée au sein même du siège de la Banque de France, dans l’hôtel de Toulouse.  Avec ses dorures, boiseries et tableaux, elle est considérée, avec la Galerie des glaces de Versailles, comme l’une des plus somptueuses galeries de France. Découvrir la Galerie dorée.

 

Les salons de réception

Dans la partie XVIIe siècle de la Banque, se trouvent les salons de réception. Les tableaux célèbres de Fragonard et de Boucher y sont exposés. Ces salons ne sont visibles que lors des journées du Patrimoine ou pour des évènements exceptionnels.

Mis à jour le : 18/08/2020 11:15