Vous êtes ici

Education économique, budgétaire et financière

Depuis 2016, la France s’est dotée d’une stratégie nationale d’éducation économique, budgetaire et financière (EDUCFI), à l’instar de près de 70 autres pays, reposant sur les principes de haut niveau élaborés par l’OCDE et adoptés par le G20. La Banque de France a été désignée par les pouvoirs publics opérateur national, responsable de la mise en oeuvre de la stratégie.

Qu’est ce que l’éducation économique, budgétaire et financière ?

L’OCDE a défini l’éducation financière comme une « combinaison de conscience financière, de connaissance, d’habileté, d’attitudes et comportements nécessaires pour prendre les bonnes décisions financières et finalement arriver à un bien-être financier individuel apprécié par la personne elle-même[1] ».

Pourquoi une stratégie publique sur ce sujet ?

Dans un contexte de complexité et de technicité croissante de l’économie et du secteur financier, chacun a besoin d’informations et chacun y a droit.

La technicité des sujets est évidente et croissante : économie globalisée, produits financiers diversifiés et souvent sophistiqués ; nouveaux acteurs financiers ; transactions et paiements dématérialisés… Ce contexte prévaut dans tous les pays.

Est-ce uniquement une affaire de spécialistes ? Non : chacun est amené au quotidien à prendre des décisions « financières », comme gérer son budget, épargner, financer un achat ou encore préparer sa retraite. Chacun reçoit également des propositions financières non sollicitées notamment par téléphone, internet ou sur les réseaux sociaux. Par ailleurs, chaque citoyen doit pouvoir comprendre et peser sur les débats économiques, dont l’issue peut avoir des conséquences sur sa vie courante.

Promouvoir « l’éducation financière » répond donc à un triple enjeu social, économique et démocratique. Des individus avertis en matière budgétaire et financière sont mieux à même de faire des choix adaptés à leurs intérêts et éviter les arnaques financières. Des citoyens, y compris les familles en situation de fragilité financière, disposant des clés pour mieux comprendre les débats économiques sont davantage en mesure de juger de leur pertinence.

Des besoins et des attentes

Les enquêtes sur la culture financière des Français commanditées par la Banque de France au cours de ces dernières années ont mis en avant une forte attente en matière d’éducation financière. Seules 36% des personnes interrogées estiment disposer d’informations fiables concernant leurs droits en matière financière et 77% jugent leurs connaissances financières moyennes ou faibles[2]. Par ailleurs, 86 % des sondés pensent qu’un enseignement d’éducation budgétaire et financière devrait être dispensé à l’école.

Par exemple, 35% des personnes interrogées ne maîtrisent pas un calcul d’intérêt simple ; 56% ne maîtrisent pas la notion d’intérêts capitalisés. Seuls 56% appréhendent correctement l’effet de l’inflation sur le pouvoir d’achat.

Une bonne maîtrise des connaissances de base en matière économique, budgétaire et financière est un enjeu citoyen et un atout pour chacun. Il ne s’agit pas de rendre chacun expert, il s’agit de mieux comprendre pour mieux décider.

Concrètement

Qu’est ce que cela recouvre ? L’EDUCFI porte aussi bien sur la gestion du budget personnel ou familial, l’apprentissage des outils bancaires et d’assurance (comptes et moyens de paiement, crédit, épargne, assurance), que la meilleure compréhension des notions économiques.

L’EDUCFI consiste en des actions d’information ou de formation, au bénéfice des publics définis par la stratégie, visant à permettre à chacun d’améliorer ses connaissances pratiques sur des sujets financiers. Mieux gérer son argent et son épargne, maîtriser son endettement, prévenir les arnaques financières, savoir à qui s’adresser en cas de difficulté, figurent parmi les objectifs visés.

Des critères à respecter : toute action se réclamant de la stratégie d’éducation économique, budgétaire et financière doit satisfaire aux critères de celle-ci et notamment la neutralité, la fiabilité, l’accessibilité et la gratuité.

Selon les recommandations de l’OCDE, les actions d’éducation financière doivent être clairement distinguées et séparées de toute activité ou contexte commercial ou marketing et ne peuvent consister à promouvoir un produit ou un acteur.

L’organisation de la stratégie

La stratégie nationale s’articule autour de cinq piliers (cf. schéma).

 

La gouvernance s’inspire du cadre recommandé par l’OCDE avec :

  • Un comité stratégique présidé par le ministre de l’Économie et des Finances, qui fixe les orientations de la stratégie. Ce comité associe le ministre de l’Éducation nationale, le ministre des Affaires sociales, le gouverneur de la Banque de France et les principaux acteurs concernés (président du Comité Consultatif du Secteur Financier, président de l’Autorité des Marchés Financiers, fédérations professionnelles, associations de protection des consommateurs et de lutte contre l’exclusion, associations spécialisées en actions d’éducation financière.).
  • En tant qu’opérateur national, la Banque de France est en charge de la mise en œuvre opérationnelle de la stratégie. Dans le cadre de comités opérationnels présidés par son gouverneur, la Banque de France veille, dans une approche partenariale, à associer les acteurs mettant en place des démarches d’éducation financière en France afin de développer des synergies, dans le respect des principes définis par l’OCDE.

Au sein de la Banque de France, une direction de l’éducation financière a été créée qui gère les partenariats conclus ainsi que les actions menées sur tous les territoires par la Banque de France en sa qualité d’opérateur de la stratégie nationale d’éducation financière.

 

 

Ce que fait la Banque de France, opérateur national de la stratégie EDUCFI

En tant qu’opérateur national de la stratégie nationale d’éducation économique, budgétaire et financière (EDUCFI), la Banque de France promeut l’éducation économique, budgétaire et financière et s’assure de la mise en œuvre de la stratégie, notamment :

  • Le suivi général de la mise en œuvre des principales actions par les comités opérationnels « grand public » et « entrepreneurs », présidés par le Gouverneur de la Banque de France ;
  • La réalisation d’enquêtes périodiques sur les connaissances, les attitudes et les comportements des Français en matière budgétaire et financière ;
  • La gestion du portail national de la stratégie, www.mesquestionsdargent.fr dédié au grand public, aux enseignants et aux intervenants sociaux, ainsi que du portail www.mesquestionsdentrepreneur.fr pour les entrepreneurs ;
  • Une convention avec chaque académie en métropole et, via sa filiale IEDOM, dans les départements d’outremer, notamment pour contribuer à la formation des enseignants à l’utilisation des ressources EDUSCOL portant sur l’éducation budgétaire et financière ;
  • Le pilotage d’actions générales telles que la semaine de l’éducation financière, le module d’éducation budgétaire et financier dans le cadre du service national universel ou encore, en partenariat avec l’Éducation nationale, l’expérimentation d’un passeport d’éducation budgétaire et financière au collège.
  • La création et le soutien à la Cité de l’Économie, CITÉCO, qui permet à tout un chacun de mieux comprendre l’économie de façon pédagogique et ludique.
  • Un soutien à des initiatives telles que l’application Pilote budget.
  • Le relais et la promotion des actions des partenaires qui disposent du label EDUCFI .

 

Le label EDUCFI

Le Comité stratégique de l’éducation financière du 25 novembre 2019 a souhaité une meilleure coordination des actions émanant des partenaires privés avec la stratégie nationale, via un dispositif de labellisation. De telle actions peuvent dorénavant être labellisées « EDUCFI » dès lors qu’elles présentent les garanties nécessaires de neutralité, d’accessibilité et de gratuité, selon les critères de I'OCDE. L'octroi du label par la Banque de France repose sur une vérification de la fiabilité des contenus et le respect de critères précis.

https://www.mesquestionsdargent.fr/budget/label-principes-pour-les-contributions-dacteurs-priv%C3%A9s-et-associatifs

La semaine de l’éducation financière

Cette semaine de sensibilisation est organisée chaque année fin mars à l’échelle internationale par l’OCDE, dont la Banque de France est le relais français. Elle acquiert graduellement une visibilité accrue via de nombreuses actions des partenaires notamment auprès des jeunes publics.

Actualités 2020 dans la mise en œuvre de la stratégie

  • Le « passeport financier » a été testé avec succès en 2019 auprès d’élèves de 4e dans trois établissements de l’académie de Créteil. Il consiste en deux heures de sensibilisation de collégiens à la gestion d’un budget, la bonne utilisation de moyens de paiement ainsi que des notions financières de base comme le concept de taux d’intérêt. L’expérimentation va être approfondie en 2020 dans plusieurs académies.
  • Un module d’éducation financière a également été expérimenté en 2019 dans le cadre du Service National Universel (SNU), qui s’adresse à des jeunes un peu plus âgés (15 à 16 ans). Ce premier essai a démontré tout l’intérêt d’inclure les thèmes financiers dans l’ensemble des thématiques présentées aux jeunes Français. L’année 2020 sera l’occasion d’étendre cette expérimentation dans le cadre du SNU au plus grand nombre de départements possible.
  • Une action spécifique sera par ailleurs menée à destination des jeunes de 16 à 18 ans déscolarisés.

 

Autres actions réalisées par la Banque de France

À destination des jeunes 

La Banque peut animer des ateliers auprès d’élèves : par exemple, la Banque propose des interventions auprès de lycéens sur les instruments de politique monétaire et les missions d’une banque centrale. La Banque a également développé des outils de sensibilisation ludiques, notamment un jeu et un cahier d’éducation financière, accessibles dès l’âge de six ans et disponibles gratuitement sur le portail « Mes questions d’argent ». Elle propose aussi des stages de découverte de l’entreprise à des collégiens de classe de 3e.

Les actions à destination des personnes en situation de fragilité financière

La Banque réalise sur l’ensemble du territoire des actions de sensibilisation aux enjeux de l’éducation financière et anime des sessions d’information auprès d’enseignants et d’intervenants sociaux sur de nombreux sujets : prévention et traitement du surendettement, inclusion bancaire, relations avec les banques et les assurances, microcrédit. L’enjeu est que ces personnes puissent ensuite utiliser les informations recueillies auprès de leurs propres publics, élèves d’une part et personnes en situation de fragilité financière, d’autre part. En 2019, 16 200 bénévoles et travailleurs sociaux ont bénéficié de telles sessions. En 2020, la Banque de France jouera un rôle important dans la formation des intervenants sociaux associés au déploiement des Points conseil budget (PCB), projet piloté par le ministère des Solidarités et de la Santé dans le cadre de la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté.

Donner à tous les publics les clés de compréhension des débats économiques

La Banque de France publie une série de documents pédagogiques à l’attention des enseignants et élèves de niveau lycée ou post-bac, les « ABC de l’économie », qui s’adressent également à un public plus large composé de non-experts curieux de l’économie. Ces fiches synthétiques seront désormais de plus en plus accompagnées de vidéos. Ces outils sont disponibles sur le site internet de la Banque de France, rubrique « ABC de l’économie » (https://abc-economie.banque-france.fr/).

La Cité de l’Économie, Citéco, a ouvert ses portes en juin 2019 et accueille désormais le grand public et des publics scolaires. Elle permet de découvrir le fonctionnement de l’économie de façon ludique dans un bâtiment chargé d’histoire. De nombreuses animations sont mises en place au sein des expositions permanentes, notamment avec des jeux collectifs comme « Négocier/Décider » ou le « Jeu du Marché » et des visites guidées qui viennent compléter le dispositif. Une offre spécifique est proposée aux enseignants qui souhaitent y venir avec leurs élèves. Les informations sont disponibles sur le site www.citeco.fr.

L’accompagnement des entrepreneurs

La Banque de France accompagne les entrepreneurs dans leurs préoccupations économiques et financières, que ce soit au moment du projet ou de la création de leur entreprise ou encore à toutes les étapes de son existence. Ce cinquième pilier se matérialise notamment par un portail internet « Mes questions d’entrepreneur » (www.mesquestionsdentrepreneur.fr) qui met à disposition de façon libre et gratuite de nombreuses ressources documentaires et des outils pratiques et ludiques tels que le jeu d’analyse financière #Aventure Entrepreneur. D'ici fin 2020, ce portail utilisera des technologies d’intelligence artificielle pour mieux répondre aux interrogations des internautes.

En 2021, une enquête approfondie sur les connaissances des Français en matière financière sera menée, selon la même méthode que la première étude de 2018 afin de permettre une comparaison transparente des réponses données et d’évaluer concrètement l’efficacité des actions menées. À terme, l’élévation du niveau global d’éducation financière des Français devrait avoir un impact positif pour les consommateurs comme pour l’économie. Cet impact devrait également être mesurable.

 

[1] Source : Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) - Atkinson et Messy  - 2012.

[2] Enquêtes réalisées par AUDIREP pour la Banque de France, en juin 2018 et juillet 2019 auprès d’un échantillon représentatif selon la méthode des quotas de 2.154 et 2.155 personnes âgées de 18 ans et plus, en ligne et par téléphone.


 

Les sites internet d’éducation financière :

Pour le grand public

logo Mesquestionsdargent

Pour les entrepreneurs

Pour mieux comprendre l’économie

 

Mis à jour le : 21/09/2020 11:38