Biographies des membres du conseil général

Portrait - François Villeroy de Galhau

François Villeroy de Galhau

Gouverneur de la Banque de France

Né à Strasbourg, le 24 février 1959, François Villeroy de Galhau puise ses racines familiales en Lorraine et en Sarre. Ancien élève de l’ENA et inspecteur des finances, il entre, en 1988, à la direction du Trésor (bureau Afrique, puis bureau Europe) puis devient, de 1990 à 1993 conseiller européen du ministre des Finances puis du premier ministre (Pierre Bérégovoy). Il occupe ensuite diverses responsabilités à la Direction du Trésor, puis à Bruxelles comme conseiller financier à la représentation permanente de la France. De 1997 à 2000, il est directeur de cabinet du ministre de l’Économie, des Finances et de l’Industrie (Dominique Strauss-Kahn puis Christian Sautter). Il est nommé directeur général des Impôts de 2000 à 2003. En 2003, il devient PDG de Cetelem, puis responsable de la banque de détail de BNP Paribas en France (2008). François Villeroy de Galhau était directeur général délégué du groupe BNP Paribas, en charge des marchés domestiques et de la RSE du 1er décembre 2011 jusqu’en mai 2015, date à laquelle le gouvernement lui confie une mission sur le financement de l'investissement des entreprises. En septembre 2015, le Président de la République d’alors, François Hollande, propose sa candidature au poste de Gouverneur de la Banque de France. Après avoir reçu l’approbation du Parlement, il est nommé Gouverneur de la Banque de France en Conseil des ministres le 30 septembre 2015 et prend ses fonctions le 1er novembre 2015 pour un mandat de 6 ans. En octobre 2021, le Président de la République Emmanuel Macron propose sa reconduction pour un second mandat, une décision approuvée par les parlementaires puis entérinée en Conseil des Ministres le 27 octobre 2021. François Villeroy de Galhau est membre du Conseil des Gouverneurs de la Banque Centrale Européenne (BCE), et Président de l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR). Il a publié notamment « L'espérance d'un Européen » (Odile Jacob, 2014) et « Retrouver confiance en l’économie » (Odile Jacob, 2021).

 

Denis Beau

Denis Beau

 

 

Premier sous-gouverneur de la Banque de France

Précédemment directeur général de la Stabilité financière et des Opérations (DGSO) de la Banque de France, Denis Beau a été nommé sous-gouverneur à compter du 1er août 2017. À ce titre, il a été désigné par le Gouverneur de la Banque de France pour le représenter comme Président de l’ACPR. Il est également membre du Collège de l’AMF et du Conseil de surveillance prudentielle de la Banque centrale européenne (BCE).
Il a été nommé Président du Comité du contrôle de gestion (COMCO) de la BCE le 9 janvier 2018 et Président du Groupe de travail d’Analyse des Vulnérabilités (AGV) du Conseil de stabilité financière (FSB) en mars 2019.
Né en 1962, Denis Beau est diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris et titulaire d’un MBA de l’INSEAD, il rejoint la Banque de France en 1986 où il débute comme analyste financier à la Centrale des bilans. Entre 1993 et 2007, il occupe des postes de management au sein de la direction des Marchés de capitaux et de la direction des Systèmes de paiement et des Infrastructures de marché et est détaché un an comme représentant de la Banque de France à la Federal Reserve Bank de New York. Il exerce ensuite les fonctions de secrétaire du Comité sur les systèmes de paiement et de règlement des banques centrales du G10 avant de revenir, mi-2008, à la Banque de France comme adjoint du directeur général des Études et des Relations internationales. En 2011, il est nommé adjoint du directeur général à la direction générale de la Stabilité financière et des Opérations (DGSO), chargée d’activités qui contribuent aux missions de stratégie monétaire, de stabilité financière  et de services à l’économie de la Banque. En 2012, il devient directeur général de la DGSO. Il préside à ce titre le Comité national des paiements scripturaux et représente la Banque de France dans des instances européennes et internationales traitant de réglementation prudentielle du secteur bancaire, de stabilité financière et de politique monétaire (Comité de Bâle sur la supervision bancaire, Comité sur le système financier global, Conseil des paiements en euros).

 

Sylvie Goulard

Sylvie Goulard

 

 

Seconde sous-gouverneure de la Banque de France

Sylvie Goulard est sous-Gouverneure de la Banque de France depuis janvier 2018.
Elle participe aux côtés du Gouverneur aux réunions internationales : conseil des Gouverneurs de la Banque Centrale Européenne (BCE) – G7 – G20.
Au sein de la Banque de France, son portefeuille englobe les questions de Statistiques, des Etudes et de l’international (DGSEI) et la mission d’éducation économique et financière du public (EDUCFI) qui consiste en des actions de pédagogie en faveur de tous les publics : scolaires, jeunes, PME, TPE, travailleurs sociaux, seniors, afin de familiariser l’ensemble des citoyens avec l’économie et les sujets financiers et monétaires.
Son portefeuille comprend également la stabilité financière et les opérations (DGSO) qui couvre notamment les travaux sur le numérique de banque centrale la numérisation des paiements.
Cette Direction générale assure aussi le secrétariat du Network for Greening the Financial System (NGFS) qui coordonne les travaux de plus de 90 banques centrales et superviseurs engagés dans la lutte contre les risques financiers liés au climat et dans la promotion du développement durable https://www.ngfs.net/en
Sylvie Goulard est par ailleurs membre du One Planet Lab, un groupe de haut niveau réuni par le président Macron sur le développement durable, notamment sur les finances et la biodiversité https://www.gouvernement.fr/en/one-planet-lab-a-unique-initiative-bringing-together-top-names-on-the-subject-of-ecological. Elle est impliquée dans la Task Force for nature related disclosure (TNFD), lancée en juin 2021 pour élaborer des outils de mesure de l’impact des risques liés à la perte de biodiversité et encourager les entreprises à y répondre.
En août 2020, elle a été invitée à participer à la Commission paneuropéenne créée par l’OMS-Europe sur « la santé et le développement durable ».
Sylvie Goulard préside également le Comité des Risques de la Banque de France et les instituts en charge de l’Outre-Mer (IEOM/IEDOM).
Enfin, elle travaille tout particulièrement à la promotion de l’égalité hommes-femmes et de la diversité.

Études – Parcours professionnel

Née en 1964, Sylvie Goulard est licenciée en droit (université d’Aix-en-Provence, 1984), diplômée de l’Institut d’études politiques de Paris (1986) et de l’École nationale d’administration (1989). À sa sortie de l’ENA, elle a travaillé au ministère des Affaires étrangères (direction des affaires juridiques, puis Centre d’analyse et de prévision) ainsi qu’au Conseil d’État. Entre 2001 et 2004, elle a été conseillère politique de Romano Prodi, Président de la Commission européenne. À partir de 2009 et jusqu’en 2017, elle est députée européenne. Siégeant au sein du groupe Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe (ADLE), elle a été membre titulaire de la commission parlementaire en charge des affaires économiques et monétaires (ECON) où elle a exercé les fonctions de coordinateur/porte-parole du groupe ADLE. Elle a été rapporteur ou co-rapporteur de différents textes législatifs portant notamment sur : la supervision financière européenne (création du comité du risque systémique et des autorités de supervision des banques, assurances et marchés) ; la réforme du pacte de stabilité et de croissance/de la gouvernance de la zone euro (« 6 pack», « 2 pack ») ; l’union bancaire (création du mécanisme de supervision commune ; création de l’autorité de résolution commune ; réforme structurelle des banques ; fonds de garantie des dépôts) ; les règles de solvabilité des assurances ; l’assiette commune consolidée de l’impôt sur les sociétés. 
Elle a été également rapporteur de deux rapports d’initiative, non législatifs, sur les eurobonds et sur le rôle de l’UE dans la finance globale. 
De 2010 à 2017, elle a présidé l’intergroupe pluraliste de lutte contre la pauvreté du Parlement européen. 
Elle a été ministre des Armées (mai-juin 2017) du premier gouvernement d’Édouard Philippe.

Autres activités

De 2006 à 2010, elle a présidé le Mouvement Européen-France, une association pluraliste créée après la seconde guerre mondiale pour promouvoir la construction européenne. 
Chercheuse au CERI – Sciences-Po de 1999 à 2001, elle a enseigné au Collège d’Europe à Bruges de 2005 à 2009. De 2004 à 2006, elle a enseigné à Science Po Paris, dans le cadre du double diplôme avec la London School of Economics, puis au Collège d’Europe à Bruges.
Elle a publié plusieurs ouvrages sur l’Union Européenne dont notamment « l’Europe pour les Nuls », prix du livre européen 2009 et « De la démocratie en Europe » (Flammarion/RCS) co-écrit avec le Président du Conseil italien, Mario Monti, en 2012.
En 2018 (janvier à mai), elle a fait partie du groupe chargé de proposer un traité bilatéral franco-italien (dit traité du Quirinal).
A titre associatif, bénévole, elle est notamment membre du Sénat de la Deutsche National Stiftung et du Vorstand Deutsch-Französisches Institut. 
Mariée, elle est mère de trois enfants.

 

Mis à jour le : 14/02/2022 14:47