Liste actualité
InterventionInterview

Interview de François Villeroy de Galhau Gouverneur de la Banque de France - Sud-Ouest – Pages régionales

Interview de François Villeroy de Galhau – Gouverneur de la Banque de France

SUD-OUEST - Pages régionales - 26 octobre 2018

 

Le gouverneur de la Banque de France évoque l'impact du Brexit ou du repli italien sur la bonne santé de l'économie française. Il était en visite à Pau et Bayonne, la semaine dernière. L'occasion de faire un point sur la santé de l'économie française et les risques liés aux grandes crises internationales.

 

Romain Bely-SUD-OUEST : Comment se porte le crédit bancaire en France ?

François Villeroy de Galhau : Quand on regarde l'évolution des crédits pour les entreprises comme pour les ménages, elle est très dynamique plus de 5 % par an. Cela signifie que le système bancaire fonctionne bien globalement. Mais notre rôle est de veiller à ce que ce cycle du crédit reste équilibré, qu'il n'y ait pas d’emballement aujourd'hui, ni de freinage brutal demain. Les expériences précédentes ont montré que cela pouvait se retourner si les  banques n'avaient pas constitué de réserves suffisantes. Avec le ministre de l’Économie Bruno Le Maire, nous avons donc demandé aux banques françaises de mettre des réserves en capital de côté.

Est-ce pour prévoir une éventuelle crise économique ?

Les prévisions économiques issues de nos enquêtes de terrain montrent une croissance française qui reste solide à 1,6 % cette année, comme en 2019 et 2020, un chômage qui va continuer à baisser et un pouvoir d'achat positif de plus de 1 % par an, soutenu par un certain redémarrage des salaires. Nous devons tenir compte des risques de notre environnement international : les crises dans les pays émergents, la croissance américaine en surchauffe (stimulée par des déficits et une dette trop importants) et l'incertitude européenne autour du Brexit et de l'Italie.

Que peut faire la Banque de France pour diminuer l'éventuel impact du Brexit ?

Concernant ce dernier, tout le monde souhaite un accord, mais s'il n’y en avait pas, les conséquences seraient beaucoup plus négatives pour l’économie britannique que pour celle de l'UE. L’Europe est un partenaire beaucoup plus important pour les britanniques (450 millions de clients) que l'inverse (60 millions). Si on était malheureusement dans le scénario d'un non-accord, notre priorité serait de protéger tous les acteurs économiques en France de l'incertitude : s'assurer de la continuité des contrats en matière financière et prendre toutes les sécurités juridiques  pour les ménages et les entreprises.

Le repli italien est-il un danger pour la zone euro ?

L’Italie, y compris son gouvernement actuel, a dit clairement qu’elle voulait rester en Europe et garder l'euro. Le problème italien, c’est la croissance insuffisante. La question, c'est comment la stimuler sans augmenter dans le même temps la dette publique italienne déjà très élevée ? Si cette  dernière était de nouveau en hausse, cela  pénaliserait le  niveau des taux d'intérêt en Italie et, de fait, pèserait négativement sur la croissance.

Télécharger la version PDF du document

InterviewFrançois VILLEROY DE GALHAU, Gouverneur de la Banque de France
Interview de François Villeroy de Galhau Gouverneur de la Banque de France - Sud-Ouest – Pages régionales
  • Publié le 26/10/2018
  • 2 page(s)
  • FR
  • PDF (213.48 Ko)
Télécharger (FR)