Statistiques

Tendances régionales : Grand-Est - Juin 2022

18 July 2022

Dans un environnement difficile marqué par la guerre en Ukraine et les fortes tensions sur les marchés des matières premières, l’activité continue de résister même si les chefs d’entreprise font état de perspectives en demi-teinte.

En effet, selon les chefs d’entreprise participant à notre enquête (environ 8 500 entreprises ou établissements interrogés au niveau national entre le 28 juin et le 5 juillet), l’activité au mois de juin est stable dans l’industrie et a légèrement progressé dans les services marchands couverts par l’enquête et le bâtiment.

Pour le mois de juillet, l’activité serait en léger repli dans l’industrie et progresserait modérément dans les services marchands ; elle évoluerait peu dans le bâtiment. Ces perspectives restent toutefois entourées d’une incertitude significative pour chacun des trois grands secteurs.

Dans ce contexte, les difficultés d’approvisionnement se tassent légèrement mais restent élevées dans l’industrie (59 % en juin, après 61 % en mai) et le bâtiment (52 %, après 55 %). Les difficultés de recrutement augmentent significativement (+ 3 points), pour s’établir à 58 %. Cette nouvelle hausse concerne l’ensemble des secteurs mais est plus marquée dans les services. Parallèlement, la part des chefs d’entreprise indiquant augmenter leurs prix de vente se replie pour le deuxième mois consécutif, en lien avec une augmentation jugée moins forte des prix des matières premières.

Après son fort rebond de 2021, le PIB a connu une baisse lors du premier trimestre 2022, touché par les effets de la vague épidémique Omicron et les premières conséquences de la guerre en Ukraine. Après avoir progressé en avril et surtout en mai, le PIB se stabiliserait en juin. Les premières indications suggèrent qu’il serait de nouveau stable en juillet. Nous estimons ainsi à ce stade que la progression du PIB au deuxième trimestre 2022 s’établirait autour de ¼ % par rapport au trimestre précédent.

Points Clefs

L’activité industrielle progresse très légèrement en juin. Les branches de l’alimentaire comme de la fabrication d’équipements électriques, électroniques et autres machines enregistrent des cadences en retrait. Elles sont compensées par les hausses de production des secteurs de l’automobile comme des « autres produits industriels » tels que la métallurgie.

Les services marchands marquent le pas après plusieurs mois d’embellie. Les prestations d’ingénierie études techniques comme de travail temporaire font exception, leur progression étant toutefois bridée par des difficultés récurrentes de recrutement.

Les chantiers de construction bénéficient de conditions climatiques favorables. Le courant d’affaires progresse d’un trimestre sur l’autre dans les travaux publics, alors que l’analyse mensuelle met en exergue un fléchissement de l’activité dans le bâtiment, et en particulier dans le second œuvre.

Télécharger l'intégralité de la publication