Statistiques

Tendances régionales : Centre-Val de Loire - Septembre 2022

13 October 2022

Dans un environnement économique marqué par la crise énergétique et les difficultés d’ approvisionnement et de recrutement, l’activité continue à résister globalement, mais l’industrie est plus affectée que les autres secteurs. Selon les chefs d’entreprise participant à notre enquête (environ 8 500 entreprises ou établissements interrogés entre le 28 septembre et le 5 octobre), l’activité au mois de septembre est restée stable dans l’industrie alors qu’elle a progressé dans les services marchands couverts par l’enquête, comme dans le bâtiment. Pour octobre, les entreprises anticipent que l’activité évoluerait peu dans l’industrie et le bâtiment et augmenterait à nouveau dans les services marchands, mais plus légèrement que les mois précédents.

Les difficultés d’approvisionnement se replient de nouveau dans l’industrie (49 % des entreprises industrielles le mentionnent en septembre, après 51 % en août) et dans le bâtiment (40 %, après 43 %).

Les prix des produits finis sont repartis à la hausse à la rentrée, avec en bonne partie un rattrapage saisonnier après l’été. Les difficultés de recrutement restent élevées (indiquées par 58 % des répondants, après 57 % en août).

Pour le mois de septembre, notre indicateur d’incertitude progresse de nouveau, et cette hausse est portée par la problématique énergétique (hausse des prix et disponibilité à court/moyen terme). La situation de trésorerie des entreprises industrielles continue de se dégrader alors qu’elle évolue peu dans les services.

Sur la base des résultats de l’enquête complétés par d’autres indicateurs, nous estimons que la progression du PIB au troisième trimestre 2022 s’établirait à environ + ¼ % par rapport au trimestre précédent, compte tenu d’une stabilité du PIB en septembre. Les premières indications suggèrent une légère hausse du PIB en octobre.

Points clefs

Dans un environnement économique marqué par la crise énergétique, les difficultés d’approvisionnement et de recrutement, l’activité régionale continue à résister globalement. Néanmoins, cette tendance globale reflète une situation contrastée, où le dynamisme des services marchands vient compenser un essoufflement progressif de l’industrie et du bâtiment. Si, dans ces derniers secteurs, les carnets de commandes permettent encore d’assurer une charge d’activité significative, des tensions apparaissent au niveau des commandes et de la trésorerie.

Par ailleurs, bien que l’industrie soit la première concernée par la problématique énergétique (hausse des prix et disponibilité à court/moyen terme), les entreprises régionales sont confrontées, directement ou indirectement, à une augmentation de leurs coûts d'exploitation (énergie, consommations intermédiaires, hausses salariales) qui obère leurs marges en raison d'une répercussion seulement partielle de cette augmentation sur les prix de vente.

En octobre, les entreprises anticipent une nouvelle progression de l’activité dans les services marchands, mais de façon moins soutenue que les mois précédents ; elle évoluerait peu dans l’industrie et fléchirait légèrement dans le bâtiment.