Renforcement des capacités : le rôle de la formation

Les directeurs de la formation et de la coopération extérieure de 10 banques centrales francophones [1] se sont réunis les 4 et 5 juillet 2017 à Paris, dans le cadre de leur rencontre annuelle. Leur objectif était de favoriser leur coopération en vue de renforcer la capacité et l’expertise des banques centrales participantes notamment par le biais de la formation.

Les principales conclusions :

  • Le renforcement des capacités et l’amélioration du système de formation sont des objectifs clés pour les banques centrales. Elles ont le souci d’être au meilleur niveau dans tous leurs domaines d’activité. L’investissement  dans le capital humain est également clé : management et gestion des ressources humaines sont très cités comme domaines prioritaires.
  • Le renforcement des capacités s’appuie sur plusieurs canaux principaux et simultanés qui ont une contribution équivalente. Pour se renforcer la plupart des banques centrales vont recourir à la formation  interne ou externe, à des projets internes et  aux missions de conseil de type FMI.
  • Le développement des capacités résulte de l’impulsion du management, des projets et de la mise en œuvre d’un plan stratégique d’entreprise.  
  • Les modalités de formation les plus adaptées sont les formations ou séminaire de transfert d’expertise. Les outils à distance arrivent en second lieu mais la plupart des banques centrales envisagent une combinaison d’approches articulant présentiel et distanciel.
  • Les facteurs clés de succès d’une formation sont assez classiques : qualité des formateurs, adéquation de la formation et du besoin, lien avec un projet concret.
 

[1] BCEAO, BEAC, Comores, France, Guinée, Liban, Madagascar, Maroc, Mauritanie, Tunisie. L’enquête inclut aussi l’Algérie.

Mis à jour le : 10/07/2017 08:52