Panorama des prêts à l’habitat des ménages

Le crédit à l’habitat : bilan 2022

 

Sauf mention contraire, toutes les statistiques présentées ci-après se basent sur une collecte mensuelle auprès de la totalité du système bancaire, couvrant les prêts ayant fait l’objet d’une signature irrévocable par le prêteur et l’emprunteur en cours de mois. La Banque de France remercie l’ensemble des déclarants pour leur mobilisation renforcée visant à apporter au lecteur une information exhaustive, rapidement actualisée et fiabilisée.

 

Panorama mis à jour le 3 février 2023

Un repli modéré en 2022, mais 2 périodes distinctes

Depuis la mise en place des statistiques sur les taux et la production de crédits à l’habitat (MIR) en 2003, seule l’année 2021 a surpassé l’année 2022 en terme de production de crédits (218 Mds€ hors renégociations, après 225 Mds€, cf. G1 ci-dessous).

L’année 2022 peut-être décomposée selon 2 périodes distinctes : un premier semestre qui prolonge la dynamique de 2021, avec bénéficiant de taux encore très bas, avec une production mensuelle moyenne de 19,7 Mds€ (contre 18,4 Mds€ en moyenne pour l’année 2021) suivi d’un second semestre de normalisation durant lequel la production mensuelle moyenne est redescendue à 16,7 Mds€. La production mensuelle revient en fin d’année à des niveaux comparables à ceux d’il y a 5 ans et très proche de la moyenne sur la période. On constate par ailleurs un fort recul des renégociations de crédits depuis l’été 2022 (cf. G2).

Sur l’ensemble de l’année le repli de la production est de -3,0%, pour un nombre de crédits en baisse de 6,0%, une variation cohérente avec celle des transactions immobilières observées les professionnels du marché (cf. G3 ci-dessous).

 

G1 – Production de crédits à l’habitat (hors renégociations), en Mds€

Source : Banque de France

G1bis – Taux de croissance annuel des encours de crédit à l’habitat, en %

 

G2 – Crédits nouveaux à l’habitat à destination des particuliers, cvs, en Mds€

Source : Banque de France

 

G3 – Évolution des transactions immobilières (Century 21, FNAIM, Notaires-INSEE et ORPI) et du nombre de crédits (Banque de France), en %

Sources : Professionnels du marché, Banque de France

Note : Century 21, FNAIM, ORPI et les Notaires mesurent le nombre de transactions immobilières. La Banque de France et l’Observatoire du Crédit Logement (OCL), mesurent le nombre de crédits immobiliers. Ces chiffres sont néanmoins comparables dans la mesure où 85% des opérations sont financées par le crédit (source OCL).

 

Une remontée progressive des taux d’intérêt en France

Les taux d’intérêt sont remontés progressivement tout au long de l’année, passant de 1,12% en janvier 2022 à 2,05% en décembre, tout en restant encore significativement sous la moyenne historique des taux de crédits à l’habitat proche de 3,0% depuis 2000 (cf. G4 ci-dessous).

 

G4 – Taux d’intérêt des prêts à l’habitat, en %

Source : Banque de France

 

 

Une comparaison européenne très favorable au marché français

L’offre de prêts à l’habitat aux ménages reste très abondante en France, comparativement aux autres pays européens (cf. G5). Le taux de croissance annuel des encours en France (+5,5%) est équivalent à celui de l’Allemagne, supérieur à la moyenne de la zone euro (+4,4%), cf. G5bis.

G5 – Production de crédits à l’habitat aux ménages (hors renégociations), cumul entre janvier et décembre, en Mds€

Source : Banque centrale européenne

Note : pour assurer la comparabilité entre les données des pays de la zone euro, c’est le périmètre ménages zone euro qui est retenu (le seul disponible au niveau européen). C’est pourquoi la production de la France, 235Mds€, apparait ici plus élevée que pour le périmètre particuliers-France (218Mds€)

G5bis – Taux de croissance annuel des encours de crédits à l’habitat, en %

Source : Banque centrale européenne

 

G5ter – Production (hors renégociations) de crédits à l’habitat aux ménages, non-cvs, en Mds€

Source : Banque centrale européenne

 

La production de crédits à l’habitat en France s’effectue dans un cadre réglementaire favorisant la maîtrise du risque par les banques et la protection des emprunteurs via une offre majoritairement à taux fixe, taux qui sont remontés en 2022 de façon beaucoup plus mesurée que chez nos voisins, en particulier allemands (cf. G6 et G6bis).

G6 – Taux d’intérêt des crédits nouveaux à l’habitat, taux hors frais et assurances, en %

Source : Banque centrale européenne

G6bis – Taux d’intérêt des crédits nouveaux à l’habitat, TAEG en %

Source : Banque centrale européenne

 

Un accès au crédit qui se maintient

Des indicateurs complémentaires montrent qu’en France les prêts immobiliers sont restés accessibles à toutes les catégories d’emprunteurs. La part de primo-accédants dans la production de crédits pour l’achat d’une résidence principale représente presque un prêt sur deux en 2022, en augmentation par rapport à l’année précédente (cf. G7). Au sein de cette catégorie d’emprunteurs, environ un sur cinq représentent des ménages modestes (revenu annuel inférieur à 30k€).

 

G7 – Part des primo-accédants dans la production de crédits à l’habitat pour l’acquisition d’une résidence principale, en %

Source : Banque de France

G7bis – Répartition des emprunteurs selon l’âge

en cours d'actualisation

 

L’encours des prêts immobiliers à taux 0 % a progressé de 2,5 % en 2022 pour atteindre 41,6 Mds€ en décembre (cf. G8).

 

G8 – Encours de prêts immobiliers à taux 0%, en Mds€

Source : Banque de France

 

 

ANNEXES

GA1 – Cumul des crédits nouveaux à l’habitat mois après mois, cvs, en Mds€

Source : Banque de France

 

GA2 – Production de crédits à l’habitat (hors renégociations) et volume des ventes de logements anciens

Source : Banque de France

GA3 – Production de crédits à l’habitat sur 20 ans, en Mds€

Source : Banque de France

 

Mis à jour le : 03/02/2023 10:32