Langues

Contribuer au dynamisme des entreprises et des territoires

La Banque de France s’engage en faveur du développement économique, au plus près des entreprises, des organismes de financement et des collectivités territoriales. Cet engagement se traduit par des services rendus à ces acteurs économiques, à travers la mobilisation des données, de l’expertise et du tissu relationnel dont elle bénéficie.
Correspondant TPE

Accompagnement des TPE

Depuis fin 2008, la Banque de France joue un rôle central dans la médiation du crédit, au profit des entreprises de toute taille qui rencontrent des difficultés pour accéder au crédit bancaire.

Elle a mis en place depuis 2011 un suivi trimestriel du financement bancaire des très petites entreprises (TPE), élargi depuis 2013, grâce à un partenariat avec la Fédération des centres de gestion agréés.

 Cette action a été complétée en septembre 2016 par l’installation de 96 « correspondants TPE » qui, dans chaque département, accueillent et écoutent les dirigeants de TPE, comprennent leurs préoccupations et les orientent vers les services et réseaux professionnels les plus adaptés à leurs besoins. Le Gouverneur François Villeroy de Galhau le souligne : « (…) la Banque de France est résolument engagée aux côtés des TPE, au niveau central mais aussi sur le « terrain », grâce à sa présence en région. L’un des bénéfices de ce maillage territorial est précisément de pouvoir être à l’écoute et au service des entreprises locales, au premier rang desquelles figurent à l’évidence les TPE. » Un numéro vert à retenir pour joindre les correspondants TPE : 0 800 08 32 08.

Enfin, un Outil de Positionnement et d’Analyse en Ligne des Entreprises (OPALE) sera prochainement disponible pour aider les dirigeants de TPE-PME à disposer d’un diagnostic sur la situation financière de leur affaire, comparer ses performances par rapport à celles de son secteur d’activité ou encore simuler l’impact sur ses comptes d’une décision de gestion, comme par exemple un investissement. (+ lien vers page Internet Espace Entreprises).

Intégration de critères RSE  dans la cotation des entreprises

Dans son activité de cotation des entreprises, la Banque de France a décidé en 2014 de prendre systématiquement en compte des critères RSE dans ses évaluations, convaincue qu’un lien existe entre le niveau d’engagement responsable des entreprises et leurs performances, et, par-là, leurs risques de défaillance.
À la suite de l’intégration, à titre expérimental, de critères RSE dans le processus de cotation des entreprises, la Banque de France a interrogé près de 4 500 entreprises afin de recueillir des données sur leur niveau de prise en compte de la RSE. Objectif : mieux cerner les atouts ou les risques qualitatifs des entreprises permettant de conforter ou nuancer l’analyse issue des données comptables et financières.
Sur cette base, les données recueillies en matière de RSE font l’objet d’une analyse qui s’intègre dans l’évaluation qualitative de la situation de l’entreprise, laquelle peut impacter sa cotation, à la hausse comme à la baisse.

Développement des diagnostics de territoire ACSEL

Avec la loi NOTRe d’août 2015, qui élargit les compétences économiques des Conseils régionaux, la Banque de France développe le recours à  sa prestation ACSEL (Analyse Conjoncturelle et Structurelle de l’Économie Locale). Il s’agit de dresser le panorama des entreprises d’un territoire (une région, un département, une communauté d’agglomération…) en identifiant les points forts et les marges de progression du tissu économique local. Des comparaisons entre territoires, ou l’analyse d’une filière sur un périmètre géographique défini, viennent compléter cette analyse, qui alimente les réflexions des élus dans le cadre de la mise en œuvre des politiques de développement économique dont ils ont la responsabilité.

Prochaine ouverture de FIBEN aux Conseils régionaux

Une disposition du projet de loi Sapin 2 prévoit que les Conseils régionaux pourront, dans de strictes conditions de confidentialité, accéder au même titre que les établissements de crédit à la base de données FIBEN, qui comporte notamment la cotation de 250 000 entreprises dont le chiffre d’affaires atteint au moins 750 000 €.  Ils pourront ainsi affiner leur politique d’octroi de subventions publiques et d’avances remboursables, et mesurer dans la durée les effets de celles-ci au vu de la trajectoire des entreprises qui en auront bénéficié.

 

L’implication au cœur des territoires : signature d’une charte entreprise-territoire pour l’implantation du pôle fiduciaire francilien de La Courneuve

En 2015, dans le cadre des travaux d’implantation du futur pôle fiduciaire à La Courneuve, la Banque de France a signé une charte entreprise-territoire. À travers cette signature, elle s’est engagée à favoriser le développement économique et social du territoire, à promouvoir l’égalité des chances et l’absence de discriminations à l’embauche ainsi qu’à faciliter l’implantation de la Banque sur son nouveau territoire d’accueil.
Premier résultat concret : 45 000 heures d’insertion seront intégrées dans les marchés de travaux. La Maison de l’emploi assure le suivi de ce dispositif en collaboration avec la Banque, dont l’ancrage territorial est renforcé par cet engagement

 

Mis à jour le : 20/07/2017 14:39