Agir pour l’inclusion RH et les initiatives collaboratives

Renouvelant et renforçant sa volonté de favoriser l’inclusion RH et les initiatives collaboratives, la Banque promeut la diversité dans les recrutements et garantit l’équité de traitement et l’employabilité des collaborateurs à toutes les étapes de leur carrière, co-construit un environnement de travail qui favorise le bien-être et la prise d’initiative.

Sur le plan interne, la Banque de France s’attache à veiller au respect de la diversité sous toutes ses formes, à lutter contre les discriminations, à favoriser la parité Femme/Homme et à garantir un environnement de travail de qualité. Elle accorde une attention particulière au développement des compétences et à l’évolution professionnelle, notamment à travers la mise en place d’une future université Banque de France.

Dans le cadre de la nouvelle stratégie RSE de la Banque, les actions de ce pilier social visent à agir pour :

  1. Promouvoir la diversité dans les recrutements et garantir l’équité de traitement
  2. Garantir l’employabilité des collaborateurs à toutes les étapes de leur carrière
  3. Co-construire un environnement de travail qui favorise le bien-être et la prise d’initiative

Deux objectifs prioritaires ont été définis :

  • Un objectif de progression des femmes dans les postes fonctionnels d’ici au 31 décembre 2024 : 35% de femmes occupant un poste de directeur général ou d’adjoint au directeur général au siège, de directeur ou d’adjoint au directeur au siège et au niveau régional ou départemental dans le réseau.
  • Un objectif de taux d’emploi des travailleurs handicapés maintenu à au moins 6% entre 2019 et 2024

Par ailleurs, l’article 14 de la loi n° 2021-1774 du 24 décembre 2021 visant à accélérer l’égalité économique et professionnelle crée une obligation de représentation équilibrée entre les femmes et les hommes parmi les cadres dirigeants et les membres des instances dirigeantes des grandes entreprises.

Ainsi, pour les entreprises qui emploient au moins 1 000 salariés pour le troisième exercice consécutif, celles-ci doivent désormais calculer et publier leurs écarts éventuels de représentation entre les femmes et les hommes parmi leurs cadres dirigeants et les membres de leurs instances dirigeantes. Elles devront atteindre un objectif de 30% de femmes et d’hommes cadres dirigeants et de 30% de femmes et d’hommes membres d’instances dirigeantes à partir du 1er mars 2026.

Le taux de féminisation du Comité de direction de la Banque s’élève à 28,6 % au 31 décembre 2021. 

 

Des actions au quotidien portées par la DGRH et la Mission Handicap de la Banque de France

 

Mis à jour le : 17/05/2022 15:51