Thématiques Missions & Actions

La responsabilité sociale d’entreprise

Une stratégie qui engage l’ensemble de la Banque de France pour répondre concrètement aux enjeux du développement durable par l’intégration de préoccupations sociales, environnementales, sociétales, et d’éthique dans ses activités.

Engagement éducatif et culturel

  • Renforcer l’éducation économique et financière des publics
  • ​Soutenir le mécénat de recherche
  • Diversifier le mécénat culturel

Engagement économique et citoyen

  • Prévenir et traiter le surendettement
  • Favoriser l’inclusion bancaire et le microcrédit
  • Contribuer au dynamisme des entreprises et des territoires
  • Soutenir des actions de solidarité

Engagement environnemental

  • Prendre en compte le risque climatique
  • Réduire notre empreinte environnementale

Engagement vis-à-vis des collaborateurs

  • Assurer la promotion de la parité et de la diversité des profils
  • Favoriser le développement des compétences et l’évolution professionnelle

Les missions de la Banque de France

La Banque de France est au service de trois missions : stratégie monétaire, stabilité financière et services à l’économie.

Stratégie monétaire

La Banque de France est le pilier français de l’Eurosystème, qui regroupe la Banque centrale européenne et les banques centrales nationales des pays de la zone euro.

La Banque de France a un rôle essentiel puisqu’elle prépare et met en œuvre les décisions prises de politique monétaire par le Conseil des gouverneurs, organe collégial.

La Banque de France apporte également la liquidité aux banques françaises pour assurer le financement de l’économie.

Elle est un intervenant de premier plan sur les marchés avec l’achat de titres de l’Eurosystème et la gestion des réserves de change-or.

Enfin, en tant que membre de l’Eurosystème, la Banque de France préserve la confiance dans la monnaie, l’euro, en étant premier imprimeur de billets en euros et en assurant la surveillance des moyens de paiement.

Stabilité financière

La Banque de France a la responsabilité du contrôle et de l’amélioration continue de la solidité financière des banques et des assurances ; elle contribue à renforcer la réglementation prudentielle et à s’assurer de son respect par les établissements financiers. La Banque assure également la surveillance et la sécurité du système financier et des systèmes de paiement, ainsi que des dépôts des épargnants.

La supervision du secteur financier (banques et assurances) est assurée par l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) dont le gouverneur est le président. La Banque de France contribue également au niveau européen au nouveau mécanisme de supervision unique des banques (MSU).

Services à l’économie

Ils s’adressent aux ménages et aux entreprises.

Ce sont des services concrets rendus, d’une part, aux particuliers qui visent à assurer la protection des consommateurs et le traitement du surendettement, et d’autre part aux entreprises, en apportant une expertise dans la cotation des PME et un accompagnement des TPE.

C’est également la  réalisation  d’enquêtes de conjoncture nationales et régionales, qui permettent d’établir un diagnostic détaillé de la situation économique française.

La fabrication des billets

La Banque de France, premier fabricant de billets de la zone euro, dispose d’une filiale dans le Puy-de-Dôme qui fabrique le papier des billets et d’une imprimerie qui a produit 2,8 milliards de billets en 2015. Il s’agit pour l’essentiel des billets de 20 euros, coupure la plus utilisée en France (40 % du volume livré de nouveaux billets de 20 euros).

Elle produit également des billets d’autres devises, qu’elle exporte vers une vingtaine de pays.

Un pôle intégré de fabrication des billets unique en Europe

EUROPAFI, filiale papetière de la Banque de France, est la première papeterie publique en Europe. L’intégration, au sein d’une même banque centrale, d’une papeterie et d’une imprimerie fiduciaires est unique en Europe.

Une place majeure dans la fabrication des billets en euros

Premier producteur de billets en euros de la zone euro, la Banque de France a produit, depuis le lancement en 2002 de la monnaie unique, près de 20 milliards de billets en euros, soit 22 % du volume total imprimé à ce jour.

Un rôle international

La Banque de France exporte largement son savoir-faire : elle consacre la moitié de son outil de production à la fabrication de billets pour une vingtaine de pays étrangers

Le billet, un produit hautement technologique

La Banque de France poursuit une politique constante d’innovation technologique dans le domaine de la fabrication des billets, grâce à son pôle recherche et développement. Elle dispose du plus grand centre de recherche d’Europe sur la contrefaçon des billets.

Les billets

Les billets en euros sont produits par les banques centrales nationales, en fonction des besoins de la zone euro.

Pour répondre aux exigences croissantes de sécurité et de qualité des billets, la Banque de France est en pointe dans la recherche et le développement.

La modernisation des outils de production industrielle devrait permettre d’ancrer durablement le rôle de la Banque de France comme premier fabricant public de billets de l’Eurosystème. Dans le monde, l’euro est la première monnaie en circulation (en nombre de billets), devant le dollar.

L'or de la France

La Banque de France détient 2 436 tonnes d’or dans la Souterraine qui est située à 27 mètres sous terre (soit 40 mètres au-dessous de l’auditorium suspendu).

Cet or constitue les réserves de la France et représente 76,2 milliards d’euros.

Chaque français possède indirectement 38 grammes (2,5 millions de kilos divisés entre 65 millions de français), soit environ 6 napoléons.

Tout l’or du monde connu et exploité depuis la nuit des temps représente 150 000 tonnes, soit environ 9 000 m3 (19,5 tonnes/m3). Il tiendrait dans un cube de 20 mètres de côté.

Le lingot pèse entre 995 et 1005 grammes. Sa pureté doit être supérieure ou égale à 99,5 %.

Le franc Poincaré et Bazor

La pièce de 100 francs-or de Lucien Bazor

Cette monnaie d’or, frappée entre 1935 et 1936, fut refondue quelques années plus tard sans avoir été mise en cir- culation Elle traduit l’illusoire tentative de restauration de l’étalon-or de l’entre-deux-guerres.

En 1929, le graveur Lucien Bazor représente une Marianne moderne aux cheveux courts. La garçonne incarne la figure mythique des Années folles et l’icône de la mode. Casquée de cuir, comme les aviatrices pionnières de l’émancipation féminine, Marianne ne laisse échapper pratiquement aucun cheveu de son bonnet phrygien orné d’une aile et d’une cocarde.

Avant cette Marianne androgyne proche de l’esthétique des actrices de cinéma, la figure de la République était représentée par des “ femmes- fleurs modern style ” dont l’opulente chevelure retombait en larges volutes conformément à l’image de “l’éternel féminin” français.

La pièce 100 francs-or pesait 6,55 grammes conformément à  la loi monétaire qui définissait le franc comme 65,5 milligrammes d’or. Elle avait un diamètre de 21 millimètres comme la pièce de 20 francs-or germinal (le napoléon).

Le franc germinal est remplacé par le franc Poincaré en France

Après la Première Guerre mondiale, le franc a flotté sur le marché des changes, en se dépréciant. Cette détérioration du pouvoir d’achat de la monnaie est due aux dépenses de guerre et de reconstruction, à la multiplication des emprunts publics et au déficit de la balance commerciale. La politique menée par Raymond Poincaré permit au franc de se stabiliser en 1926 sur le marché des changes. Un débat a alors eu lieu entre partisans d’une revalorisation du franc à son niveau d’avant-guerre (franc germinal) et ceux qui voulaient le fixer à sa valeur réelle, c'est-à-dire le dévaluer. En 1928, le gouvernement Poincaré choisit la dévaluation, de 80 % : le “ franc Poincaré ” ne valait plus que le cinquième de la contrepartie en or du franc germinal. Une nouvelle loi rétablit partiellement la convertibilité des billets en or : ce système était appelé “ l'étalon lingot d'or ” car il fallait apporter à la Banque de France un montant de billets qui correspondait à la valeur d’un lingot d'or.

Mis à jour le : 08/09/2017 15:38