image d'arrière plan

Thématiques Métiers & Missions

Les missions de la Banque de France

La Banque de France est au service de trois missions : stratégie monétaire, stabilité financière et services à l’économie.

Stratégie monétaire

La Banque de France est le pilier français de l’Eurosystème, qui regroupe la Banque centrale européenne et les banques centrales nationales des pays de la zone euro.

La Banque de France a un rôle essentiel puisqu’elle prépare et met en œuvre les décisions prises de politique monétaire par le Conseil des gouverneurs, organe collégial.

La Banque de France apporte également la liquidité aux banques françaises pour assurer le financement de l’économie.

Elle est un intervenant de premier plan sur les marchés avec l’achat de titres de l’Eurosystème et la gestion des réserves de change-or.

Enfin, en tant que membre de l’Eurosystème, la Banque de France préserve la confiance dans la monnaie, l’euro, en étant premier imprimeur de billets en euros et en assurant la surveillance des moyens de paiement.

Stabilité financière

La Banque de France a la responsabilité du contrôle et de l’amélioration continue de la solidité financière des banques et des assurances ; elle contribue à renforcer la réglementation prudentielle et à s’assurer de son respect par les établissements financiers. La Banque assure également la surveillance et la sécurité du système financier et des systèmes de paiement, ainsi que des dépôts des épargnants.

La supervision du secteur financier (banques et assurances) est assurée par l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) dont le gouverneur est le président. La Banque de France contribue également au niveau européen au nouveau mécanisme de supervision unique des banques (MSU).

Services à l’économie

Ils s’adressent aux ménages et aux entreprises.

Ce sont des services concrets rendus, d’une part, aux particuliers qui visent à assurer la protection des consommateurs et le traitement du surendettement, et d’autre part aux entreprises, en apportant une expertise dans la cotation des PME et un accompagnement des TPE.

C’est également la  réalisation  d’enquêtes de conjoncture nationales et régionales, qui permettent d’établir un diagnostic détaillé de la situation économique française.

Les billets : de la fabrication à l'authentification

La Banque de France, premier fabricant de billets de la zone euro, dispose d’une filiale dans le Puy-de-Dôme qui fabrique le papier des billets et d’une imprimerie qui a produit 2,8 milliards de billets en 2015. Il s’agit pour l’essentiel des billets de 20 euros, coupure la plus utilisée en France (40 % du volume livré de nouveaux billets de 20 euros).

Elle produit également des billets d’autres devises, qu’elle exporte vers une vingtaine de pays.

Les billets en euros sont produits par les banques centrales nationales, en fonction des besoins de la zone euro.

Pour répondre aux exigences croissantes de sécurité et de qualité des billets, la Banque de France est en pointe dans la recherche et le développement.

La modernisation des outils de production industrielle devrait permettre d’ancrer durablement le rôle de la Banque de France comme premier fabricant public de billets de l’Eurosystème. Dans le monde, l’euro est la première monnaie en circulation (en nombre de billets), devant le dollar.

La responsabilité sociale d’entreprise

Une stratégie qui engage l’ensemble de la Banque de France pour répondre concrètement aux enjeux du développement durable par l’intégration de préoccupations sociales, environnementales, sociétales, et d’éthique dans ses activités.

Engagement éducatif et culturel

  • Renforcer l’éducation économique et financière des publics
  • ​Soutenir le mécénat de recherche
  • Diversifier le mécénat culturel

Engagement économique et citoyen

  • Prévenir et traiter le surendettement
  • Favoriser l’inclusion bancaire et le microcrédit
  • Contribuer au dynamisme des entreprises et des territoires
  • Soutenir des actions de solidarité

Engagement environnemental

  • Prendre en compte le risque climatique
  • Réduire notre empreinte environnementale

Engagement vis-à-vis des collaborateurs

  • Assurer la promotion de la parité et de la diversité des profils
  • Favoriser le développement des compétences et l’évolution professionnelle

L'espace tri

Le centre fiduciaire de Paris réalise les activités suivantes :

  • Accueil des transporteurs de fonds afin de verser les billets à recycler et prélever les billets neufs ou valides (recyclés sur les machines de tri de la Banque de France) qui serviront à alimenter les distributeurs automatiques de billets, les agences bancaires et la grande distribution ;
  • Accueil des transporteurs de fonds afin de verser les pièces valides (déjà triées par la filière fiduciaire) et prélever les pièces neuves (fabriquées par la Monnaie de Paris) ou valides
  • Tri des versements des billets à recycler sur un parc de 15 machines de tri
  • Transport des valeurs entre les implantations de la Banque de France pour équilibrer les entrées et les sorties et vers ou en provenance des autres pays de l’Eurosystème
  • Tri des pièces jaunes dans le cadre de l’opération de mécénat avec la fondation Bernadette Chirac – Hôpitaux de France

 

L'or

Un peu d'histoire

  • L’or est utilisé depuis la fin de la Préhistoire : il est le métal noble le plus ancien et le deuxième connu de l’homme après le cuivre. Dans l’Égypte ancienne, l’or servait à la parure des pharaons et aux cérémonies religieuses.
  • La première pièce d’or est datée du VIIIe siècle av. J.-C. L’émission de pièces d’or prend ensuite de l’ampleur entre - 560 et - 547 av. J.-C. sous le règne de Crésus, roi de Lydie (aujourd’hui la Turquie).
  • La recherche d’or a guidé les explorations et motivé des batailles : au début du XVIe siècle, Hernán Cortés fut envoyé au Mexique afin de s’emparer de l’or de l’Empire aztèque et de le rapporter au roi d’Espagne, Charles Quint. À la fin du XIXe siècle, Bismarck établit le système monétaire de l’Allemagne grâce aux 967 tonnes d’or payées par la France suite à sa défaite en 1871.
  • Au milieu du XIXe siècle, la “ruée vers l’or” permet le développement des villes californiennes et marque le point de départ de la conquête de l’Ouest américain.
  • Pendant la Seconde Guerre mondiale, devant l’avancée allemande, la Banque de France organise, avec la Marine nationale, le transfert des réserves d’or vers les États-Unis, le Canada, l’Afrique, puis la Martinique où l’or est stocké jusqu’à la fin du conflit.

 

L'or de la France

La Banque de France détient 2 436 tonnes d’or dans la Souterraine qui est située à 27 mètres sous terre (soit 40 mètres au-dessous de l’auditorium suspendu).

Cet or constitue les réserves de la France et représente 76,2 milliards d’euros. Chaque français possède indirectement 38 grammes (2,5 millions de kilos divisés entre 65 millions de français), soit environ 6 napoléons.

Tout l’or du monde connu et exploité depuis la nuit des temps représente 150 000 tonnes, soit environ 9 000 m3 (19,5 tonnes/m3). Il tiendrait dans un cube de 20 mètres de côté.

Source Banque de France : https://www.banque-france.fr/publications/leco-en-bref.html

Mis à jour le : 23/08/2018 10:09