Allez au contenu ,Allez à la navigation

Balance des paiements de la France

Actualité: Juillet 2016 | PDF
Mise en ligne le 07/09/2016



> Télécharger les séries présentées dans le document


 

Le solde des transactions courantes se dégrade en juillet

Le solde des transactions courantes ressort à -2,6 milliards d’euros en juillet, après -0,8 milliard en juin (données cvs-cjo), en raison d’une augmentation du déficit des échanges de biens, à -2,9 milliards après -1,9 milliard, et d’un recul de l’excédent des échanges de services, à 0,1 milliard après 0,9 milliard. La dégradation du solde des biens est liée à la hausse des importations de marchandises et à un tassement de l’excédent du négoce international. Le recul des services est notamment attribuable aux voyages. Le solde des revenus primaires et secondaires est légèrement excédentaire.

Au sein du compte financier (données non cvs), les investissements directs présentent un solde proche de l’équilibre (0,2 milliard) qui recouvre des flux entrants et sortants importants (notamment liés à l’achat de Fairmont Raffles Hotels International par Accor et de Italcementi Group - propriétaire des Ciments Français, par la filiale française du groupe allemand HeidelbergCement). Les investissements de portefeuille se soldent par des sorties nettes de 36,8 milliards tandis que les opérations de prêts et emprunts (« autres investissements ») affichent des entrées nettes de 37,5 milliards.

 

Balance des paiements de la France

 

(En milliards d'euros)

2014

2015

 

juin-16

juil-16

(a)

(a)

(b)

(b)

Compte de transactions courantes (cvs - cjo) (1)

-22,8

-4,4

 

-0,8

-2,6

Biens (2)

-40,5

-24,0

 

-1,9

-2,9

   Échanges de marchandises (3)

-57,7

-45,3

 

-3,7

-4,5

   Passage aux échanges de biens (4)

17,2

21,3

 

1,8

1,6

Services

16,9

8,8

 

0,9

0,1

   Voyages

7,1

6,8

 

0,5

0,4

   Autres services

9,8

2,0

 

0,4

-0,2

Revenus primaires

47,8

52,0

 

3,5

3,6

Revenus secondaires

-47,0

-41,1

 

-3,3

-3,3

Compte de capital (brut)

2,2

2,1

 

0,0

0,0

Compte financier (brut)

-7,5

-7,0

 

-7,3

-3,0

Investissements directs

36,0

-1,9

 

0,7

0,2

- Français à l'étranger

35,1

30,0

 

2,4

4,0

- Étrangers en France

-0,9

31,9

 

1,7

3,8

Investissements de portefeuille

-17,9

54,1

 

-29,6

36,8

- Avoirs

69,7

54,6

 

-21,5

25,5

- Engagements

87,7

0,5

 

8,2

-11,3

Instruments financiers dérivés

-23,7

10,8

 

6,1

0,4

Autres investissements

-2,7

-77,2

 

17,1

-37,5

Avoirs de réserve

0,7

7,2

 

-1,7

-2,9

Erreurs et omissions

13,1

-4,7

 

-10,5

-0,7

(a) Données annuelles du rapport 2015.
(b) Données provisoires.
(1) à (4) Voir les notes méthodologiques en bas de page

 

Source et réalisation : BANQUE DE FRANCE – DIRECTION GÉNÉRALE DES STATISTIQUES

 

 

Transactions courantes
Total et solde des biens et services

 

 

(en milliards d'euros)

 

 

(* Cliquez ici pour voir l'image seule)

 

 

Les séries figurant dans ce graphique sont en données corrigées des variations saisonnières et des jours ouvrables (cvs-cjo).

 

 

Notes méthodologiques sur le tableau

 

(1) Données corrigées des variations saisonnières et des jours ouvrables (cvs-cjo) pour les montants mensuels du compte de transactions courantes.
(2) Les données sur les échanges de biens sont FAB/FAB, c’est-à-dire hors frais de transport et d’assurance qui sont classés en services. Elles se composent des données d’échanges de marchandises publiées par la Direction générale des Douanes et des droits indirects, du négoce international et d’ajustements méthodologiques permettant d’assurer la cohérence de la balance des paiements de la France avec celles des autres pays, ainsi que leur conformité avec les normes internationales. Les normes internationales relatives à la balance des paiements sont édictées par le FMI. Elles reposent notamment sur le concept de propriété économique, sur lequel est également fondée la comptabilité nationale.
(3) Les échanges de marchandises sont établis par la Direction générale des Douanes et des droits indirects. Ils retracent les entrées et sorties de marchandises du territoire français.
(4) Le passage des échanges de marchandises aux échanges de biens est opéré par la Banque de France en procédant essentiellement à un enregistrement FAB/FAB de toutes les opérations, en ne retenant au sein des échanges de marchandises que les flux conduisant à un changement de propriété économique, et enfin en ajoutant le négoce international, l’avitaillement et le soutage.

 

La Banque de France met à disposition sur son site internet une note méthodologique détaillée sur la balance des paiements et la position extérieure.

 

Haut de la page

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Pour en savoir plus, cliquez ici. X