Langues

Vous êtes ici

Prévision des besoins annuels en billets neufs

La Banque centrale européenne et les 19 banques centrales nationales de l’Eurosystème définissent, chaque année, à l’aide de modèles statistiques, le nombre de billets neufs nécessaires pour remplacer les billets devenus impropres à la circulation, de manière à répondre à la demande anticipée.

Pourquoi ?

Carte de l'UE

D’après le Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne, la compétence en matière de billets revient à la Banque Centrale Européenne (BCE) et aux Banques centrales nationales des États membres de la zone euro. Ainsi, ces dernières assurent l’émission, l’entretien et la gestion de la qualité de la circulation des billets en euros. À ce titre, la Banque centrale européenne et les  19 banques centrales nationales de l’Eurosystème doivent, chaque année, définir le nombre de billets neufs nécessaires pour remplacer les billets devenus impropres à la circulation (environ 15% des billets versés à la Banque de France sont remplacés à l’issue du tri car ils sont tâchés, abimés ou déchirés).

 

Comment ?

 

Annuellement, chaque Banque centrale nationale (dont la Banque de France) effectue une estimation du nombre de billets nécessaires pour servir les besoins de sa clientèle, pour chacune des 7 coupures actuelles de la gamme de billets en euros (6 coupures à compter de fin 2018 après la fin de l’émission de la coupure de 500€). La clientèle de la Banque de France est principalement constituée des banques commerciales qui viennent prélever des billets à ses guichets par l’intermédiaire de transporteurs de fonds. À la Banque de France, cette estimation est réalisée à l’aide de modèles statistiques, sur la base des données de prélèvements et de versements effectués par les banques commerciales à ses guichets. La BCE a ici un rôle de coordinateur. Elle centralise les estimations réalisées par chaque Banque centrale nationale pour ensuite organiser leur approvisionnement en billets sur l’année suivante. Ce processus repose sur un principe de mise en commun de la production et des stocks excédentaires. Ainsi, la BCE répartit les billets disponibles dans la zone euro en fonction des besoins de chaque pays.

 

Quand ?

schéma du planning

 

PHASE D’INITIALISATION : d’avril-mai à juillet de l’année N, les Banques centrales nationales de la zone euro évaluent le volume de billets qui leur est nécessaire pour satisfaire les besoins de leurs clients pour les années N+1 et N+2. La décentralisation de cette estimation permet de prendre en compte de manière précise les spécificités nationales.

 
 

PHASE DE CONSOLIDATION : à la fin juillet de l’année N, la BCE collecte, par le biais d’une procédure écrite, les estimations de besoins en billets réalisées par les banques centrales nationales pour les deux années à venir. Au cours des trois mois suivants, la BCE s’assure, en liaison avec les Banques centrales nationales, de la cohérence des estimations nationales et procède à leur consolidation afin de réaliser un calendrier mensuel de livraisons des billets disponibles pour l’année N+1.

PHASE DE FINALISATION : à la fin novembre - début décembre de l’année N, le Conseil des gouverneurs de la BCE valide la version finale du calendrier de livraison des billets pour l’année N+1.

PHASE DE DEPLOIEMENT : au cours de l’année N+1, les Banques centrales nationales s’organisent logistiquement en fonction du calendrier préétabli pour procéder aux envois et livraisons des billets disponibles à travers les différents pays de la zone euro.

Mis à jour le : 27/11/2016 18:29